^

Jeunesse

#ETUDIANTSREFUGIES14AVRIL

Ce soir à 19h, contre le tri raciste des réfugiés de guerre, tweetez #EtudiantsRefugies14avril !

Nous vous invitons à tweeter massivement avec le hashtag #EtudiantsRefugies14avril à partir de 19h pour visibiliser les rassemblements qui auront lieu ce jeudi dans toute la France pour exiger l’inscription et la régularisation de tous les étudiants réfugiés de guerre et étrangers et pour dénoncer le tri raciste du gouvernement !

mercredi 13 avril

Depuis le début de la guerre en Ukraine, des millions de personnes fuient le pays. Parmi eux, beaucoup de jeunes qui aspirent à poursuivre leurs études en France. Or, après avoir subi un tri raciste aux frontières polonaises, arrivés en France, ils se retrouvent livrés à eux-mêmes, puisque la plupart d’entre eux ne peuvent pas bénéficier de la protection temporaire instaurée par l’Union Européenne. Plus encore, les universités refusent de les inscrire ou de leur donner toute garantie d’inscription pour les prochains mois.

C’est le cas de plus de 200 étudiants réfugiés qui ont fait une demande d’inscription à l’Université Paris 8 à Saint-Denis. Ce mardi, ils ont témoigné lors d’une Assemblée Générale : « Chaque jour, j’ai marché 20km pour aller à la gare, à chaque fois l’armée ukrainienne m’a fait dégager, ils m’ont même menacé avec leurs armes. J’ai tout vu : des cadavres, des gens pleurer », raconte Aladin. Un autre explique : « Un réfugié ukrainien, quand il arrive en France, il a un récépissé de 6 mois ou un an. Les réfugiés étrangers, c’est 1 mois ».

Et pour cause : le gouvernement Macron, ce n’est pas que la retraite à 65 ans, la réforme de l’assurance-chômage ou la baisse des APL. C’est aussi le tri raciste des réfugiés, leur répression et leur expulsion, comme sur la Place de la République en novembre 2020 ou à Calais. Et les déclarations hypocrites des différents membres du gouvernement ne pourront rien changer au fait que les étudiants réfugiés qui n’ont pas la nationalité ukrainienne voient leur vie mise à l’arrêt et sont menacés de recevoir un avis d’expulsion à la fin du mois.

Dimanche soir, les résultats du premier tour des élections présidentielles ont signé un remake de 2017 sur fond d’abstention massive. Or, après un premier quinquennat Macron marqué par l’offensive sécuritaire, autoritaire, raciste et islamophobe du gouvernement, la répression ultra-violente des mouvements sociaux et les dissolutions d’organisations, l’arnaque du « barrage » à l’extrême-droite n’aura jamais paru aussi évidente. Ce sont bien Macron et son gouvernement qui ont pavé la voie à l’extrême-droite, en banalisant ses idées. Alors que les Assemblées Générales et les blocages se multiplient dans les universités, et qu’un secteur de la jeunesse refuse de choisir entre la peste et le choléra, le 3e tour social se construit dès maintenant, avec la lutte pour l’inscription des étudiants étrangers réfugiés d’Ukraine qui subissent le tri raciste du gouvernement.

Ce jeudi, à l’initiative du Poing Levé, une dizaine d’organisations de jeunesse appellent à des rassemblements partout en France. À quatre jours du premier tour des élections présidentielles, dont le résultat signe un mauvais remake de 2017, le combat contre le gouvernement et l’extrême-droite dans les universités commence par la lutte pour l’inscription et la régularisation de tous les étudiants réfugiés de guerre et de tous les étudiants étrangers. Alors que le tri raciste des réfugiés est complètement invisibilisé par les médias, nous vous invitons à tweeter massivement à partir de 19h ce mercredi 13 avril avec le hashtag #EtudiantsRefugies14avril !



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    Guerre   /    Racisme d’État   /    Etudiants étrangers   /    Etudiants    /    Anti-racisme   /    Migrants   /    Racisme   /    Vos guerres, ’no more’ !   /    Ukraine   /    Réfugiés   /    Jeunesse