^

Jeunesse

Plus chauds que le climat

Chambéry. Le trophée « profit avant l’écologie » décerné à Carrefour Chamnord

Forts de la réussite des mobilisations écologistes des 15 et 16 mars, les jeunes de Chambéry ont organisé, ce vendredi 12 avril, une action visant l'enseigne Carrefour, qui incarne de façon exemplaire la logique capitaliste de profits qui condamne à moyen terme la survie de l'espèce humaine.

vendredi 12 avril

Crédits photo : Nadine Court Photographe

Le 15 mars, à Chambéry, la mobilisation pour le climat avait réuni 1 500 collégiens, lycéens et étudiants. Forts de ce succès, les étudiantes et étudiants de Youth for Climate, en lien avec des lycéens et lycéennes eux aussi partie prenante du mouvement, ont décidé de profiter de la veille des vacances pour remettre ça, mais sous une autre forme : cette fois, il s’agirait de cibler l’enseigne Carrefour, et notamment la galerie commerciale Carrefour de Chamnord, bien connue de tous les Chambériens et Chambériennes.

Un choix bien en phase avec les enjeux écologiques et climatiques

Pourquoi Carrefour ? D’abord parce qu’il s’agit de la 7ème entreprise française la plus polluante, selon le baromètre des émissions carbone établi par l’ONG CDP en 2013. Mais aussi parce qu’en tant que chaine de grande distribution, Carrefour est un parfait exemple pour démontrer à quel point une véritable prise en compte des enjeux écologiques ne peut avoir lieu sous le système économique actuel. En effet, comme l’expliquait le tract d’appel à l’action, l’objectif des grands distributeurs consiste avant tout à augmenter leurs marges. Pour cela, ils ont non seulement tout intérêt à privilégier les sources d’approvisionnement les moins coûteuses, même si elles sont très éloignées et donc très polluantes, mais ils n’ont également aucun scrupule à faire pression à la baisse sur les prix des produits, et au final des matières premières. C’est la raison pour laquelle beaucoup d’agriculteurs ne peuvent pas vivre de leur travail : en France, un agriculteur se suicide tous les deux jours, acculé par les dettes ! C’est ainsi que ces personnes en sont réduites à dépendre des subventions pour continuer à survivre afin de nous nourrir. C’est aussi pour cela que les pesticides et les engrais chimiques, qui permettent de maximiser la production à moindre coût, continuent à être utilisés, au mépris des conséquences qu’ils ont sur l’environnement et sur notre santé. Enfin, réduire les coûts de production, c’est aussi tirer les salaires des employés le plus possible vers le bas, et profiter du taux de chômage élevé pour leur faire accepter des temps partiels, des horaires coupés et des conditions de travail inhumaines pour un salaire dérisoire – pendant que pour sa part le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, est rémunéré 14 millions d’euros par an.

Une action réussie, dont le déroulement met en lumière les techniques de greenwashing de l’enseigne

Sur le campus du Bourget-du-Lac, l’action était ainsi préparée minutieusement depuis plus de trois semaines. Moyens de communiquer en amont et pendant l’action, plan d’action et moyens de rentrer discrètement dans la galerie commerciale, mise en scène à jouer en prenant par surprise la direction et les agents de sécurité présents, tonalité du discours incluant non seulement les enjeux écologiques, mais aussi une dénonciation de l’exploitation des paysans et des conditions de travail des employés... rien n’avait été au hasard : une belle école d’organisation, pour une action réussie et des liens tissés entre militants.

La cinquantaine de participants à l’action a ainsi réussi à entrer, par petits groupes et sans matériel apparent, dans la galerie commerciale. La police, présente sur les lieux, a néanmoins jugé utile de stopper quatre lycéens et lycéennes, de les retenir et de les intimider, avant de procéder à un contrôle d’identité. L’un d’entre eux s’est vu affirmer qu’il était déjà connu des services – probablement du fait des manifestations antérieures. La police a ensuite fait venir un membre du personnel du magasin, qui a fait diversion en les emmenant « visiter » les bennes de recyclage, afin de leur montrer à quel point Carrefour Chamnord était exemplaire sur le sujet ! Une manœuvre honteuse et ridicule, qui ne visait qu’à intimider les lycéens et à les empêcher de participer à l’action. Un « recyclage », en quelque sorte...

A l’intérieur, les participants ont néanmoins délivré le discours préparé, humoristique mais non moins bien senti, à l’issue duquel Carrefour s’est vu remettre, pour tous ses efforts en vue de la destruction des conditions de vie de l’espèce humaine sur la planète, le trophée du « profit avant l’écologie ». Une salariée d’un magasin de la galerie est venue témoigner avec beaucoup d’émotion de ses efforts, malheureusement vains, pour mettre en place un simple tri des déchets recyclables de son magasin : un témoignage qui en dit long sur la réalité qui se cache derrière les manœuvres de greewhashing pratiquées par toutes ces entreprises.

Tant que la logique sera celle des profits, il restera impossible résoudre les questions écologiques : le système capitaliste est en effet fondé sur la nécessité d’une croissance constante et infinie, alors que les ressources de la planète sont, elles, épuisables. Tant que ce système économique perdure, la survie de l’espèce humaine sur la planète sera largement menacée – et avec elle, la survie de milliers d’espèces animales et végétales. Alors, plutôt que de se contenter de promouvoir les « petits gestes du quotidien », qui relèvent d’une logique individualiste incapable de changer radicalement le cours des choses, combattons le capitalisme et la logique de profit de ces grandes entreprises !

Retrouvez ci-dessous l’action dans une vidéo réalisée par Youth FOr Climate Chambéry :




Mots-clés

Grève mondiale pour le climat   /    Chambéry   /    capitalisme   /    pollution   /    mouvement étudiant   /    Ecologie   /    Lycées   /    Jeunesse