×

Fin du mois, fin de carrière

Chez ArianeGroup à Brest, une grève inédite « face à des salaires qui ne décollent pas »

Il n’y avait pas eu de grève sur le site d’ArianeGroup à Brest en quasiment quarante-ans. Ce mercredi, une trentaine de cégétistes se sont mis en grève pour réclamer des augmentations, face au refus de la direction de négocier. La veille ils manifestaient contre la réforme des retraites.

Jyhane Kedaz

8 février 2023

Facebook Twitter

Photo : CGT

« Nos salaires sont comme la fusée Ariane 6, ils ne décollent pas ! ». Sur un rond-point de Lanvéoc (Finistère), une banderole des salariés d’ArianeGroup annonce le ton. Mercredi 8 février, ils sont une trentaine à avoir entamé une grève inédite dans l’histoire du site de Brest, installé il y a une quarantaine d’années, pour demander des augmentations de salaire.

En cause le refus de la direction de rediscuter des rémunérations malgré une augmentation de l’inflation, comme elle l’avait pourtant promis via une clause de revoyure, lors des négociations annuelles passées. Mais depuis les discussions sont restées « lettres mortes », témoigne Pierre-Marie Belhomme, syndicaliste CGT, seule organisation à avoir appelé à la grève.

« On pense qu’on ne peut négocier sans rapport de force. Alors on a souhaité montrer à la direction que nous étions capable de nous mobiliser », explique le cégétiste.Mercredi matin, 10% du personnel était en grève, en grande majorité chez les opérateurs d’atelier, métiers ouvriers. « Pour une première, c’est satisfaisant ! » se félicite Pierre-Marie Belhomme. Les salariés ont aussi tenu un piquet dans la matinée, accompagné de prises de paroles.

Une trentaine de grévistes étaient mobilisés mercredi matin pour réclamer des augmentations de salaire. Crédits : CGT

« Le pouvoir d’achat s’effrite »

La principale revendication : que leurs salaires rattrapent l’inflation. Avec 2% d’augmentation générale l’année passée, contre une inflation à 5,9% en moyenne en 2022, le compte n’y est pas, et « le pouvoir d’achat s’effrite », rappelle Pierre-Marie Belhomme.

L’objectif est aussi de se préparer à mobiliser dans le cadre des négociations annuelles obligatoires d’avril, et contre la mise en place progressive de la nouvelle convention collective de la méttalurgie, qui va revoir à la baisse les statuts et rémunérations des personnels. Tout ceci dans un contexte marqué par la bataille contre la réforme des retraites : les syndiqués « n’ont pas loupé une journée de manifestation ».

Dans ce site peu habitué aux conflits sociaux, « on est beaucoup à avoir compris que malheureusement le dialogue social est une illusion », explique Pierre-Marie Belhomme. Alors, « aujourd’hui nous essayons, petit à petit, de tenter de repolitiser l’usine ».


Facebook Twitter
Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d'huissiers mais pas d'augmentation ! »

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d’huissiers mais pas d’augmentation ! »

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d'attiser la colère cheminote

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d’attiser la colère cheminote

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens

Toulouse. 3 salariés de GSF-Propreté licenciés après avoir dénoncé du racisme à la Cité de l'espace

Toulouse. 3 salariés de GSF-Propreté licenciés après avoir dénoncé du racisme à la Cité de l’espace

Vague de faillites d'entreprises en Europe : un record depuis la crise de 2008

Vague de faillites d’entreprises en Europe : un record depuis la crise de 2008

Forvia, géant de l'automobile, supprime 10 000 postes pour payer ses actionnaires

Forvia, géant de l’automobile, supprime 10 000 postes pour payer ses actionnaires