^

Monde

Coronavirus

Chine. De l’épidémie à la crise politique ?

La crise sanitaire s’approfondit et des têtes tombent au niveau local et régional afin de couvrir la responsabilité du pouvoir central. Mais le président Xi Jinping parviendra-t-il à dévier le mécontentement social ?

jeudi 13 février

Crédit photo : AFP / Nicolas Asfouri

Ces dernières heures les autorités chinoises ont indiqué une augmentation monumentale du nombre de contaminés et de morts à cause du coronavirus. En effet, en 24h on a enregistré 14 840 nouveaux cas et 242 morts rien que dans la ville de Wuhan. Ainsi, le nombre total de contaminés par le virus passe à près de 60 000 et le total de morts arrive à 1380.

Cependant, ces chiffres ne répondent pas forcément à un rebond spectaculaire de l’épidémie mais à un changement de méthode de comptabilité des malades, et de se fait peut-être au dévoilement de chiffres plus proches de la réalité. En effet, jusqu’à présent, seuls les cas confirmés par des kits de test standard étaient comptabilisés mais face à la pénurie de ces kits les autorités de Wuhan ont décidé qu’une radio pulmonaire pouvait suffire à diagnostiquer l’infection au virus. Cette méthode un peu moins précise permet nonobstant de diagnostiquer plus rapidement les patients.

Mais ce changement de méthode soulève des questions quant aux chiffres officiels avancés jusqu’à présent, sur la véritable ampleur de l’épidémie et surtout cela jette un doute sur la parole officielle qui était déjà mise à mal par la gestion de la crise. Autrement dit, les éléments commencent à s’accumuler pour que la crise sanitaire devienne potentiellement une crise politique plus ouverte et visant directement le pouvoir central.

Pour tenter d’éviter ce scénario et surtout pour dévier le mécontentement, qui selon plusieurs analystes est de plus en plus grand dans la société chinoise, certains dirigeants locaux décident d’appliquer des mesures encore plus répressives dans le cadre du confinement de plusieurs dizaines de millions de personnes. Ainsi, dans la vile de Shiyan, dans la province de Hubei (épicentre de l’épidémie), les autorités ont décidé d’appliquer des « mesures de guerre » et d’interdire strictement la sortie dans la rue de toute la population, sauf pour ceux engagés dans la lutte contre le virus. Toutes les zones résidentielles seront surveillées 24h/24h et toute personne sortie sans autorisation sera arrêtée.

Cependant, ces mesures répressives drastiques, à travers lesquelles les autorités tentent de montrer qu’ils maîtrisent la situation, se combinent à des mesures politiques de purge dans l’appareil d’État et dans le parti. L’objectif est clair pour le pouvoir central : trouver des bouc-émissaires au niveau local et régional afin que le mécontentement populaire n’atteigne pas le président Xi Jinping. Ainsi, le chef du parti de la province de Hubei, Jiang Chaoliang, a été limogé et remplacé par un proche du président Xi, le maire de Shangaï, Ying Yong. La tête du parti à Wuhan, Ma Guoqiang, a aussi été écarté.

D’autres dirigeants régionaux et locaux avaient été limogés les jours précédents, notamment après la mort du médecin qui avait alerté ses collègues sur la gravité du virus. Le jeune ophtalmologue Li Wenliang avait en effet averti ses pairs sur les réseaux sociaux sur ce qui se passait dans son hôpital, il a ensuite été sanctionné avant de mourir des suites du virus. Le cas du docteur Li Wenliang a déclenché l’indignation à travers la Chine et au-delà.

Quoi qu’il en soit, le régime dictatorial chinois, hérité des pires traditions staliniennes-maoïstes, est en train de montrer concrètement son caractère néfaste dans cette affaire. Il est en effet une entrave à la lutte contre la propagation de l’épidémie en dissimulant des informations selon ses propres enjeux politiques internes et extérieurs. Le régime de Pékin est également une entrave pour savoir l’ampleur réelle de la situation. Comme on peut lire dans un article de Foreig Affairs : « le système de gouvernance de Xi l’a protégé des importantes retombées politiques de l’épidémie, mais a également créé les conditions mêmes qui ont permis au virus de se propager si rapidement dans un premier temps. Étant donné que l’appareil d’État chinois est très centralisé, les informations se concentrent autour d’un nombre réduit de personnes et n’arrivent souvent pas à atteindre ceux qui en ont le plus besoin. Le maire de Wuhan a noté lors d’une interview télévisée fin janvier qu’il avait transmis très tôt des informations concernant le coronavirus aux autorités compétentes, mais il n’était pas autorisé à divulguer ces informations au public. D’autres n’étaient plus en mesure d’exprimer leurs préoccupations sans crainte de représailles.

Autrement dit, ce régime est une entrave pour la lutte contre le virus mais aussi contre tout progrès scientifique et culturel qui n’aille pas dans le sens de ses intérêts. Même si l’on peut dire tout autant d’autres régimes dits « démocratiques », le niveau d’autoritarisme du régime chinois accentue ces caractéristiques qui sont en fin de comptes inhérentes au capitalisme. Cependant, dans l’immédiat ni le régime, ni le président Xi ne semblent en danger. Les mesures répressives et drastiques telles la quarantaine de millions de personnes, même si pour l’heure n’ont montré aucune efficacité, semblent être acceptées comme un mal nécessaire par une partie importante de la population. Cependant, si le gouvernement tarde à résoudre la crise, les risques de crise politique et sociale vont augmenter inévitablement.

Le retour des travailleurs aux usines a été repoussé au 20 février ; des millions d’ouvriers et ouvrières migrants, dont les mouvements sont fortement contrôlés par la politique de passeports internes, ne peuvent pas rejoindre les centres urbains où ils travaillent - et souvent sans recevoir aucun type de compensation financière ; les conséquences économiques commenceront à se faire sentir de plus en plus avec des usines et entreprises fermées ; certains hôpitaux sont saturés et en pénurie de matériel. Tout cela constitue des éléments objectifs qui pourraient alimenter la colère populaire si l’épidémie se prolonge encore plus longtemps.

C’est justement ce scénario de contestation que le pouvoir chinois veut éviter. Mais c’est précisément le réveil du géant prolétariat chinois, en lutte pour ses droits et contre un pouvoir dictatorial, qui serait une très bonne nouvelle pour la classe ouvrière mondiale.




Mots-clés

Coronavirus   /    Chine   /    Répression   /    Monde