^

Notre classe

Répression syndicale

Christian Porta licencié par Amazon : tous au rassemblement le 9 décembre à Metz !

Mis à la porte par Amazon au mois d’octobre, Christian Porta a saisi le tribunal des Prud’hommes de Metz pour contester son licenciement et exiger sa réintégration. Soyons nombreux à ses côtés le 9 décembre !

lundi 22 novembre

Le 9 octobre dernier, Amazon licenciait Christian Porta juste avant la fin de sa période d’essai. Sans donner aucun motif, et alors que sa supérieure était très satisfaite de ses performances, cette fin de période d’essai est intervenue juste après la participation de Christian à la première réunion de la CGT Amazon. Alors que tout laisse à penser que ce licenciement est discriminatoire, la CGT appelle à un grand rassemblement pour la réintégration de Christian devant le Conseil des Prud’hommes de Metz le 9 décembre à 8h.

.
La répression syndicale qui s’abat sur Christian est loin d’être un cas isolé. On voit les menaces, mises à pieds, voire licenciements se multiplier dans nombre d’entreprises, sous des formes qui vont de la sanction sur un seul salarié à l’organisation systématisée du fichage des grévistes comme on a pu le voir à la RATP. Dans une période de crise comme celle que nous vivons plus que jamais, il s’agit pour les entreprises de se débarrasser de ceux qui se montrent en mesure d’organiser leurs collègues, de se défendre, et de se battre à un moment où les attaques contre les salariés se font de plus en plus fortes et où les conditions de travail ne cessent de se dégrader.

Dans le cas de Christian, c’est d’un syndicaliste combattif, qui a été au cœur d’un combat contre la direction de sa précédente entreprise, que s’est débarrassé Amazon. Il y a une dizaine de jours, le tribunal des Prud’hommes de Moselle rendait une décision favorable aux salariés de Neuhauser dans un conflit qui les opposait à leur direction et à l’issu duquel les salariés ont notamment arraché le passage aux 32h payées 35h et des créations d’emploi.

Face à ce licenciement et aux attaques contre notre droit à nous organiser, il n’est pas question de se laisser faire. Le tribunal des prud’hommes a ainsi été saisi en déféré, pour contester ce licenciement à caractère discriminatoire et exiger la réintégration du salarié. Soyons nombreux le 9 décembre aux cotés de Christian pour l’accompagner à son audience et faire front contre la répression syndicale imposée par les patrons !




Mots-clés

Grand Est   /    répression syndicale   /    Répression   /    Notre classe