^

Du Pain et des Roses

« Dangereuse pour l'économie »

Christophe Barbier et l’égalité femmes-hommes. Ou quand la rationalité patronale sert à justifier les inégalités

L'éditorialiste de l'Express a jugé l'égalité salariale homme-femme « idéaliste » et « dangereuse pour l'économie » lundi 9 janvier, dans l'émission télévisuelle C dans l'air. Colette Bizon

vendredi 13 janvier 2017

Lundi, sur le plateau de l’émission C dans l’air, Christophe Barbier a désapprouvé une proposition de Jean-Luc Mélenchon portant sur l’égalité de salaire homme-femme pour financer la retraite à 60 ans. « Tout le monde va applaudir, mais les entreprises vont avoir beaucoup de mal à encaisser ce surcoût de main-d’œuvre ». Christophe Barbier tente donc de justifier économiquement l’inégalité des salaires homme-femme et prend ainsi la défense du système patriarcal actuel.

Toutefois, Christophe Barbier est très conscient d’un fait : les entreprises ne sont pas prêtes à payer plus les femmes, car grâce à elles et à la main d’œuvre pas chère qu’elles constituent, elles augmentent leurs marges. Cette violence économique particulière faite aux femmes permet aux entreprises de faire plus de bénéfices en les précarisant, ce qui joue aussi le rôle de contenir, par le manque d’argent, les colères qui pourraient émerger dans certains secteurs surexploités.

En effet aujourd’hui, l’inégalité de salaire en France entre les femmes et les hommes reste une réalité criante : 26% de différence de revenu, 13% à poste égal, et 42% au moment de la retraite. L’année dernière, si les femmes françaises avaient été payées comme les hommes, elles auraient travaillé bénévolement à partir du 7 novembre à 16h34 jusqu’à la fin de l’année 2016 (selon les calculs du collectif Les Glorieuses). Cette inégalité, plus ou moins violente selon les milieux sociaux, touche néanmoins toutes les femmes salariées. Hier encore l’actrice Nathalie Portman a révélé être payée 3 fois moins que son partenaire de jeu Ashton Kutcher dans la comédie Sex Friends. Cet exemple s’ajoute à la longue liste des inégalités salariales entre les actrices et les acteurs à Hollywood.

« Utopique » alors, l’égalité des salaires ? Si l’on se place du côté des classes dominantes et de la rationalité des patrons, comme le fait Christophe Barbier à longueur d’antenne, certainement. Preuve en est le fait que l’égalité salariale figure dans la loi depuis 1972, mais elle est très loin d’être une réalité aujourd’hui, car son application se place d’emblée dans une bataille contre les employeurs, très conscients du coût supplémentaire... Être payé au même montant que les hommes reste donc une des luttes à mener pour l’émancipation de l’ensemble des femmes, mais aussi de tous ceux qui souhaitent en finir avec la dictature des Christophe Barbier et autres avocats de la « rationalité » inégalitaire et destructrice du système capitalisme.




Mots-clés

discrimination   /    médias   /    Droits des femmes   /    Patrons-voyous   /    Du Pain et des Roses