^

Politique

Répression

Christophe Dettinger suspendu et convoqué pour une commission de discipline : l’acharnement continue

Christophe Dettinger vient d’être suspendu et convoqué pour une commission de discipline dans le cadre de son travail d’agent territorial. La mairie d’Arpajon lui reproche son exposition médiatique.

samedi 23 mars

Crédit Photo : Fresque BlackLines

Comme si cela ne suffisait pas. Après avoir été condamné à un an de prison, peine qu’il purge en semi-liberté, Christophe Dettinger a été suspendu de son travail d’agent municipal et convoqué pour une commission de discipline. 

Selon son avocate, les raisons ne sont pas explicitées dans la lettre qui le suspend de manière immédiate. Cependant, la mairie, contactée, évoque le « devoir de réserve » : « dans le contexte que cet agent connaît aujourd’hui, nous pensons qu’il n’était pas nécessaire de rajouter des développements médiatiques ».

Ces derniers jours, Christophe Dettinger avait saisi la justice pour récupérer la somme de la cagnotte Leetchi qui lui avait été ouverte en soutien et réclamé la somme de 3 millions d’euros pour le préjudice dû à sa fermeture anticipée par Leetchi au bout de 48h, contre un délai de 45 jours initialement prévu.

Celui-ci a également donné une interview pour l’émission de Cyril Hanouna sur C8 dans laquelle il déclare pour expliquer ses actes : « Ce jour-là, c’était trop. C’étaient pas des casseurs qu’étaient devant, c’était des gens du peuple : on s’est tous fait gazer, on s’est faits matraquer, j’ai vu cette violence policière, cette violence qui a été extrême ».

Il s’agit d’une interprétation très contestable du devoir de réserve qui est censé garantir dans la jurisprudence le respect de la hiérarchie et la neutralité du service public, dont on ne voit pas très bien en quoi elles sont en cause dans les propos de Christophe Dettinger.

Il s’agit donc d’une nouvelle escalade de l’acharnement inacceptable qui touche l’ancien boxeur, connu pour avoir fait usage de ses poings contre des policiers après des scènes de violence policières. 

L’initiateur de la cagnotte, Nicolas Alves, ami de Dettinger, a également été assigné par Leetchi en justice. Jusqu’à ce jour, la plateforme refuse toujours de donner les quelques 130.000 euros accumulés en deux jours. Le tribunal d’Evry, en Essonne, saisi, rendra sa décision le 9 avril.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Violences policières   /    Politique