^

Jeunesse

David contre Goliath

Chronodrive. Les clients soutiennent les salariés en grève pour une augmentation des salaires

À la suite d’une première journée de grève le 25 juin suivie par une majorité des salariés du site de Basso Cambo à Toulouse, les clients de Chronodrive affichent leur soutien aux jeunes travailleurs qui prévoient une seconde journée nationale ce samedi 09 juillet.

jeudi 7 juillet

Face à la hausse globale des prix et les salaires de misère imposés par la direction, les salariés de Chronodrive du site Basso Cambo à Toulouse se sont organisés pour lancer une grève le 25 juin. Dans un contexte économique qui rend la vie de plus en plus chère notamment à cause de l’inflation,les chronodrivers largement composés de jeunes étudiants en situation de précarité revendiquent une augmentation de 7%, en les prenants directement dans la poche de la famille Mulliez, 6 ème fortune de France et détentrice de Chronodrive.

 A la suite de cette première journée de mobilisation, de nombreux salariés ont décidé d’effectuer un « débrayage surprise » et d’aller parler des raisons de leur grève auprès des clients venus chercher leur commande. Ils ont reçu des encouragements et des félicitations de la part des clients, certains se reconnaissant dans la difficulté éprouvée par les salariés à finir leur fin de mois. D’autres comprenaient d’autant plus que leurs propres enfants travaillent dans des situations similaires. Les soutiens de la part de clients continuent d’affluer, comme ce couple à Marseille qui affirme que « c’est normal d’être augmenté, puisque la vie est devenue trop chère. On y arrive plus… », ou comme David de Paris qui a accepté de filmer son soutien :
 

 
Ces rencontres ont aussi permi de rendre compte des véritables conditions de travail que subissent les salariés de Chronodrive derrière le vernis que propose l’entreprise ventant « une entreprise jeune et dynamique » qui a toujours le sourire. Car c’est des horaires flexibles, des cadences minutées à la seconde près avec des sonneries assourdissantes en fond, des charges lourdes à porter, des maux de dos, des pressions constantes de la direction que vivent réellement les salariés de Chronodrive. Le collectif jeune Le Poing Levé qui a organisé dans cinq villes des diffusions de tracts rédigés par les grévistes à l’adresse des clients de l’enseigne raconte « beaucoup de clients étaient étonnés quand on leur racontait les conditions de travail des salariés à Chronodrive. L’entreprise essaye de faire bonne figure grâce à du marketing et on voit que ça fonctionne. C’est important pour nous de rappeler que les multinationales qui emploient beaucoup d’étudiants, profitent de notre précarité pour nous payer le moins chers possible et flexibiliser notre travail en fonction de la demande  ».

Solidaires, les clients ont pour beaucoup affirmé leur soutien en offrant de l’argent pour la caisse de grève. En effet, dès le début de l’organisation, une caisse de grève a été lancée par les salariés pour appeler à soutenir financièrement leur lutte, car face à l’inflation et les salaires de misère dans lesquels tentent de nous maintenir le patronat, la lutte des Chronodrivers est un exemple pour la suite. 
N’hésitez pas à soutenir la lutte des travailleurs de Chronodrive en venant sur les sites en grève ce samedi 09 juillet, et à donner à la caisse de grève !



Mots-clés

salaires   /    salaires   /    Inflation   /    Chronodrive   /    Jeunesse   /    mouvement ouvrier   /    Grève   /    Toulouse   /    Jeunesse   /    Notre classe