^

Notre classe

Suite à la forte répression de la jeunesse ce 5 avril

Communiqué SUD santé sociaux : Stop à la violence d’état !

La Fédération SUD Santé Sociaux condamne sans appel les violentes répressions policières qui émaillent les manifestations de ces dernières semaines. Nous publions ci-dessous le communiqué contre les violences policières du 6 avril.

mercredi 6 avril 2016

Un point d’orgue a été atteint sur Paris pour la journée d’action du 5 avril à l’encontre des lycéen-nes et étudiant-es, dont plus d’une centaine ont été interpellé-es, avec assauts, gazages et tabassages en règle
La Fédération SUD Santé Sociaux dénonce cette « politique de la peur » à l’encontre des jeunes et de leurs parents qui n’a pour but que de décourager toute mobilisation.
Bien au contraire, la Fédération SUD Santé Sociaux considère que c’est un exemple lamentable qui est donné aux jeunes générations sur l’exercice du pouvoir en démocratie et appelle ses militants, sympathisants et plus largement les parents de lycéen-nes à s’organiser en soutien et protection des manifestations lycéennes.
La Fédération SUD Santé Sociaux dénonce ces violences qui ne démontrent que l’incompétence de nos dirigeants incapables de gouverner pacifiquement dans le respect des concitoyen-nes et notamment de la jeunesse.
La Fédération considère que le désaveu du projet de loi « travail » est manifeste, que cette loi va à l’opposé des engagements de campagne du candidat Hollande.
La Fédération réitère son exigence du retrait pur et simple du projet de loi « travail ». Elle exige l’arrêt des répressions violentes, des interpellations sauvages, ainsi que des poursuites judiciaires en cours avant qu’un drame plus grave ne soit à déplorer.

Paris le 06/04/2016




Mots-clés

Loi El Khomri   /    Répression   /    Notre classe