^

Jeunesse

Contre la sélection sociale et la pression scolaire

Communiqué du Poing Levé : "Le 10 améliorable est la victoire dont nous avons besoin pour commencer à relever la tête"

Nous relayons ci-dessous le communiqué du collectif étudiant Le Poing Levé, présent à l'université Paris 1. La validation de toutes et tous, revendication portée par les élus, fait l'objet d'une bataille importante avec la présidence de la fac et le gouvernement : "Le 10 améliorable, c'est la seule façon d'éviter qu'aucun étudiant ne soit sur le banc de touche, mais c'est surtout la victoire dont nous avons besoin pour commencer à relever la tête et se préparer aux futurs affrontements".

mercredi 29 avril

La prochaine CFVU se tiendra le 30 avril. C’est le seul organe compétent en la matière, comme nous avons pu le rappeler à maintes reprises malgré les velléités anti-démocratiques de la présidence.

À cette occasion, l’ensemble des organisations étudiantes défendront une note de cadrage qui inclut la revendication fondamentale : le 10 améliorable pour tout.e.s.

Si cette revendication largement partagée par les étudiant.e.s a fait l’objet d’une bataille aussi dure contre la présidence, c’est parce que son issue constituera un précédent dans les universités : les étudiant.e.s auront réussi à refuser la sélection sociale en imposant la validation pour tou.te.s.

Cette dynamique à la remise en question de la pression scolaire, de la méritocratie, de la sélection sociale, effraie le gouvernement. C’est pour contenir cette colère et liquider la revendication du 10 améliorable que le Ministère de l’Enseignement supérieur s’est entretenu avec Georges Haddad avant le CA du 23 avril. Menaçant de recours administratif et de mise sous tutelle, Frédérique Vidal cherche par tous les moyens à éviter que dans une des facs les plus élitistes de France, les étudiant.e.s décident par eux-mêmes des modalités d’examens.

Dans ce contexte, la pression à la conciliation et au défaitisme sont importants. Tout est fait pour que les organisations étudiantes reculent progressivement pour rencontrer, à peu de choses près, les modalités d’examens proposées par la présidence. La polémique autour du caractère illégal de la motion, qui n’a par ailleurs jamais été tranchée par un organe compétent en la matière tel un tribunal administratif, est l’exemple que la présidence appuyée par le gouvernement est prête à recourir à toutes les méthodes pour défaire la gronde. C’est d’autant plus criant que les universités s’asseyent régulièrement sur le droit lorsqu’il s’agit de payer les vacataires, ou d’envoyer la police à l’université.

C’est pourquoi nous tenons à rappeler que Le Poing Levé ne cédera à aucune pression. Nous ne transigerons pas sur le 10 améliorable, car nous sommes convaincus que c’est la seule revendication capable de mettre à mal la sélection sociale qui va brutalement s’abattre dans les universités.

Mais surtout, nous refuserons tout compromis avec la présidence car nous luttons pour la remise en question de l’ensemble de l’université et de la société capitalistes. Nous avons conscience que ce qu’il se passe dans les universités est le symptôme que la jeunesse se réveille, contre la pression scolaire et la sélection sociale mais aussi contre la crise qu’elle s’apprête à payer très durement. Le 10 améliorable, c’est donc la seule façon d’éviter qu’aucun étudiant ne soit sur le banc de touche, mais c’est surtout la victoire dont nous avons besoin pour commencer à relever la tête et se préparer aux futurs affrontements.




Mots-clés

Crise sanitaire   /    Crise économique   /    Coronavirus   /    Jeunesse   /    mouvement étudiant   /    Sélection à l’université   /    Jeunesse