^

Politique

Répression et COVID-19

Confinement : la justice condamne un SDF, la police déloge un camp de migrants

En pleine situation de crise sanitaire, la justice et la police continuent leur acharnement contre les personnes les plus précaires. Cette fois ci, c’est un SDF condamné à de la prison ferme pour non respect du confinement, et la police a délogé un camp de migrants à Calais.

jeudi 23 avril

Crédit photo : Marc Demeure

Le renforcement de la dynamique autoritaire de l’État depuis le début du confinement s’est illustré à de multiples reprises, notamment via les images de répression dans les quartiers populaires qui pullulent sur les réseaux sociaux.

À Cusset, près de Vichy, les policiers ont verbalisé à plusieurs reprises une personne sans domicile fixe pour non respect du confinement. Selon l’avocat Rachel Kempf, cette personne à été condamnée à trois mois de prison ferme par les juges pour avoir été verbalisée à de multiples reprises.

La situation est d’autant plus absurde que le condamné ne sait pas lire et souffre d’une pathologie mentale.

Dans le même temps à Calais, les forces de répression ont été déployées pour déloger le camp de rue des huttes qui abrite de nombreuses familles de migrants. Les habitants du camp ont décidé de résister. Ils ont été durement réprimés. Selon Lille insurgée se sont près de 1000 personnes qui ont dû quitté les lieux sous la pression des gaz lacrymogènes et des coups de matraques.

Une nouvelle fois, la justice et les forces de répression s’en prennent aux personnes les plus vulnérables, allant jusqu’à condamner à de la prison une personne sans domicile car il n’était pas confiné chez lui. En pleine pandémie, alors que le gouvernement ne parle que de solidarité, il montre sa nature profondément autoritaire et répressive en réprimant à tour de bras. Comme à son habitude, il s’en prend aux pauvres, aux migrants et aux quartiers populaires.

Dans cette période exceptionnelle, les plus précaires sont aussi en première ligne face à la crise sanitaire. Le gouvernement Macron n’a que la matraque et la gazeuse comme réponse. C’est pourquoi, il faut exiger la régularisation immédiate de tous les sans-papiers, pour qu’ils aient les mêmes accès aux soins que tous, et exiger des moyens à la hauteur de l’urgence. Il faut réquisitionner les logements vides afin des loger les SDF et ce sans limite de temps. Ne pas garantir ces droits est criminel, et plus que jamais dans une situation pareille.




Mots-clés

Covid-19   /    Répression policière   /    Coronavirus   /    Migrants   /    SDF   /    #JusticeDeClasse   /    Calais   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique