^

Notre classe

On aura tout vu...

Conjoint en télé-travail : la RATP prête à sanctionner les salariés en arrêt pour garde d’enfants

Depuis le début de l'épidémie, la RATP a fait preuve d'une irresponsabilité totale dans la protection des agents. Mais comme si ça ne suffisait pas, elle refuse les arrêts de travail pour garde d'enfants aux salariés ayant la possibilité d'être en télé-travail ou dont le conjoint pourrait l'être, et s'apprête donc à les sanctionner. Comme si télétravail et garde d'enfants étaient compatibles...

lundi 6 avril

On aura tout vu... la RATP fait pire que le gouvernement et se permet d’ajouter des conditions pour pouvoir bénéficier de l’arrêt pour garde d’enfants de moins de 16 ans, un dispositif pourtant censé aider les parents à faire face à la fermeture des établissements scolaires. Dans plusieurs notes adressées à ses agents, la direction explique noir sur blanc que pour pouvoir bénéficier de l’arrêt pour garde d’enfants, il faut à la fois ne pas avoir la possibilité d’être en télé-travail, et déclarer sur l’honneur que le(la) conjoint(e) ne peut pas non plus être en télé-travail. Autrement dit, il suffirait d’être en télé-travail pour pouvoir s’occuper de ses enfants ! On se demande laquelle de ces tâches la RATP sous-estime le plus, au point de penser qu’elles peuvent être réalisées en même temps : le télé-travail en pleine pandémie, ou assurer le suivi scolaire à domicile...

D’après un article du Parisien, le ministère du travail a pourtant confirmé qu’il était possible de demander un arrêt pour garde d’enfants même lorsque le conjoint télé-travaillait. La RATP a-t-elle ses propres lois ? On ne peut pourtant pas soupçonner le gouvernement de faciliter le travail des enseignants et des parents, avec sa gestion désastreuse de la continuité pédagogique à la sauce Blanquer... le seul fait qu’un seul des deux parents puisse bénéficier d’un arrêt pour les enfants interroge, comme si avoir un ou 4 enfants ne changeait rien à la donne... On aimerait bien que la direction générale nous explique comment elle s’y prend pour associer garde d’enfants et télé-travail !

Une fiche insultante pour « aider » à gérer télé-travail et garde d’enfants

Mais le meilleur reste à venir... la RATP, avec tout le mépris qu’elle a pour ses salariés, y compris les cadres et maîtrises en télé-travail, va jusqu’à éditer une fiche « Quelques conseils pour vous aidez à Télétravailler sereinement », où elle explique comment « marquer la différence entre vie professionnelle et vie privée ». On croirait à une blague ! En plus de donner des « conseils » complètement infantilisant et insultant sur comment s’installer, s’habiller (« On ne reste pas en pyjama ! »), se nourrir... la direction explique comment gérer ses enfants quand on est en télé-travail... On apprend donc que pour les enfants en bas âge il faut profiter de la sieste pour travailler, et que pour les 3-7 ans il s’agirait d’instaurer un « temps calme »... On voit déjà la difficulté à laquelle les parents vont face lorsqu’ils doivent assurer le suivi scolaire de leurs enfants à domicile, ajoutez à cela leur travail à eux...

Mais attention, comble de l’ironie, si vous êtes à la fois parent, prof à domicile et salarié RATP en période de crise sanitaire, n’oubliez pas de trouver le temps de vous relaxer en suivant les conseils de la fiche « Bien être physique et télétravail »... du rire à la colère, comment réagir autrement face à un tel mépris ?

En arrêt pour garde d’enfants : gare aux sanctions !

Donc tenez-vous bien : si vous êtes en arrêt pour garde d’enfants, c’était déjà garanti que vous alliez y perdre une partie de votre salaire (primes à l’acte, etc.), mais pire que ça... vous êtes maintenant sanctionnable si par malheur votre conjoint est en télé-travail... Face à l’absurdité de cette situation, des collègues ont même été obligés de poser des congés ou des RTT pour pouvoir s’occuper de leurs enfants... voilà comment la direction de la RATP aide ses salariés à gérer « vie professionnelle et vie privée » : c’est toujours aux salariés de payer la facture !

En sachant qu’environ 4000 agents sont actuellement en arrêt pour garde d’enfants, en particulier chez les machinistes, agents de maintenance et tous les agents de terrain qui n’ont pas la possibilité d’être en télé-travail, la RATP va s’en donner à cœur joie pour faire ce qu’elle sait faire de mieux : sanctionner. Mais qu’elle le sache, nous serons intransigeants face à la moindre menace envers nos collègues : nous les défendrons un par un face à cette direction obsédée de ne pas perdre un centime, en cette période où nos vies sont en jeu. Il est grand temps que la RATP revoie sa copie et garantisse tous les arrêts de travail pour garde d’enfants, sans perte de salaire.




Mots-clés

Féminisme    /    Du Pain et des Roses   /    RATP   /    Répression   /    Notre classe