×

Le boxeur gilet jaune

« Continuez le combat » : Christophe Dettinger s’adresse aux gilets jaunes dans une vidéo

Christophe Dettinger, le gilet jaune le plus recherché de France s’est rendu ce matin à la police. Dans une vidéo publiée sur Facebook et tournée hier, il s’adresse à l’ensemble des gilets jaunes.

Facebook Twitter

Recherché par la police après s’être affronté aux CRS alors que ceux-ci bloquaient le cortège de la manifestation des gilets jaunes aux abords de l’Assemblée Nationale samedi à Paris, la vidéo de l’ancien champion de boxe est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux.

Depuis, de nombreuses questions émergeaient autour de Christophe Dettinger, certains journalistes s’interrogeant sur la réalité de sa participation au mouvement (s’agissait-il d’un de ces fameux « casseurs infiltrés » ?), d’autres insinuant que le boxeur serait d’extrême-droite sur la base de maigres éléments. Après avoir décidé de se rendre à la police, le boxeur gilet jaune s’est finalement exprimé dans une vidéo afin d’éclaircir ces questions.

Dans la vidéo de 2 minutes 30, celui qui travaille comme fonctionnaire territorial au service entretien de la mairie de Brétigny-sur-Orge affirme ainsi « Je suis un gilet jaune » et raconte avoir participé à la mobilisation depuis ses débuts, et notamment à l’ensemble des manifestations parisiennes depuis le 24 novembre. Contre les accusations portées sur de prétendues accointances politiques, Christophe Dettinger explique clairement : « Je ne suis pas d’extrême-gauche, je ne suis pas d’extrême-droite, je suis un citoyen lambda. »

C’est au cours des mobilisations que le boxeur dit avoir été marqué par les violences policières. « J’ai vu la répression qu’il y a eu, j’ai vu la police nous gazer, j’ai vu la police faire mal à des gens avec des flashball, j’ai vu des gens blessés, j’ai vu des retraités se faire gazer » rapporte-t-il. Une répression qui est là aussi à la base de sa réaction samedi : « Je me suis fait gazer et à un moment la colère est montée en moi. J’ai mal réagi, mais je me suis défendu. »

Très partagée sur les réseaux sociaux, les réactions à la vidéo témoignent du très large soutien reçu par Christophe Dettinger de la part des gilets jaunes, qui semblent voir en lui le symbole d’une contre-offensive après des semaines d’intense répression contre le mouvement. Des gilets jaunes auxquels le boxeur a tenu à s’adresser, visiblement ému : « Peuple français, gilets jaunes, je suis de tout cœur avec vous, il faut continuer le combat, pacifiquement, mais continuez le combat s’il vous plaît. »

Une cagnotte a été mise en place par la famille de Christophe Dettinger pour financer les frais de Justice : https://www.leetchi.com/c/soutient-un-boxeur-gilet-jaune.


Facebook Twitter
4ème semaine de grève à Keolis Montesson : les soutiens mobilisés aux côtés des conducteurs de bus

4ème semaine de grève à Keolis Montesson : les soutiens mobilisés aux côtés des conducteurs de bus

 Air Liquide-Santé prévoit plus de 1000 licenciements : « l'impact va être énorme pour les patients »

Air Liquide-Santé prévoit plus de 1000 licenciements : « l’impact va être énorme pour les patients »

« On est oubliées, on n'existe pas » : pourquoi les AESH sont-elles en grève ce mardi ?

« On est oubliées, on n’existe pas » : pourquoi les AESH sont-elles en grève ce mardi ?

Emmaüs Tourcoing : 22 jours de grève pour les conditions de travail et la régularisation

Emmaüs Tourcoing : 22 jours de grève pour les conditions de travail et la régularisation


Lidl Chevreul à Nantes : face au mépris de la direction, grève spontanée et débrayages

Lidl Chevreul à Nantes : face au mépris de la direction, grève spontanée et débrayages


L'éditeur de « Fortnite », Epic Games annonce 1080 licenciements

L’éditeur de « Fortnite », Epic Games annonce 1080 licenciements

Intelligence artificielle : « Il faut penser un communisme technologique », Juan Sebastián Carbonell

Intelligence artificielle : « Il faut penser un communisme technologique », Juan Sebastián Carbonell


« On produit la nourriture, on doit décider des prix » : Christian Porta, ouvrier dans l'agroalimentaire

« On produit la nourriture, on doit décider des prix » : Christian Porta, ouvrier dans l’agroalimentaire