^

Notre classe

A bas les frontières

Contre l’expulsion de Walid, lycéen à Saint-Ouen, et pour la régularisation de tous les sans-papiers

Nous relayons l’appel des professeurs mobilisés du lycée Auguste Blanqui contre l’expulsion d’un de leur élève sans-papiers et appelons à manifester le 31 décembre à 10h au Tribunal Administratif de Cergy pour sa régularisation et pour celle de tous les sans-papiers.

mercredi 18 décembre 2019

Crédit photo : ND / Bondy Blog

Communiqué de presse du 13/12/2019

Mercredi 6 novembre, Walid, étudiant en BTS SIO au lycée Auguste Blanqui de Saint-Ouen, a été arrêté lors d’un contrôle d’identité à la Gare Saint-Lazare alors qu’il se rendait en cours. Il a été retenu toute la journée au poste de police, au motif qu’il ne disposait pas de titre de séjour, puis conduit au Centre de Rétention Administrative de Vincennes.

A l’issue d’une très forte mobilisation menée par les personnels, enseignant.e.s et élèves du lycée, ainsi que les membres de l’association RESF, Walid a été libéré au bout de 10 jours de rétention. Toutefois, l’OQTF ("Obligation de Quitter le Territoire Français") qui lui a été signifiée lors de son arrestation n’a pas été levée. C’est le 31 décembre à 10h au Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise que le recours déposé par Walid contre l’OQTF sera examiné. C’est pourquoi nous devons rester mobilisé.e.s et prévoir un rassemblement
massif pour l’audience prévue.

D’expérience, nous savons que seule la mobilisation paye et nous en voulons pour preuve la libération toute récente de Ahcène, élève au lycée Sabatier de Bobigny. C’est pourquoi nous vous convions à venir au tribunal le plus nombreux.ses possible.

Les personnels mobilisé.e.s du lycée Auguste Blanqui

Ces dernières semaines ont révélé les situations d’extrêmes précarités dans lesquelles les étudiants vivent, au point que certains comme le jeune Anas qui s’est immolé à Lyon, finissent par envisager le pire en s’immolant. Walid, comme tout ces jeunes qui cherchent à étudier, se confronte à une société qui les exclut, les expulse. Nous devons nous battre non seulement pour que Walid ne se fasse pas expulser mais aussi pour faire en sorte que plus personne ne se retrouve dans cette situation et que tout le monde ait le droit d’étudier, sans condition d’âge ou de nationalité.

Ce combat est également lié à la lutte contre le racisme d’Etat puisque les contrôles d’identité comme celui qu’a subi Walid, sont le fait d’une police raciste qui sévit quotidiennement dans les quartiers populaires. En s’emparant de ce combat, en demandant sa libération, les profs et personnels du lycée montrent l’exemple à suivre face à une société qui n’offre que misère, précarité et exclusion.
Soutenons Walid !

Accompagnons les personnels, enseignants et élève du lycée Auguste Blanqui mobilisé dans ce combat en étant nombreux devant le tribunal administratif de Cergy Pontoise le 31 décembre à 10 heures.




Mots-clés

#LaPrecariteTue   /    Jeunesse   /    mouvement étudiant   /    Lycées   /    Sans-papiers   /    Notre classe