^

Jeunesse

STOP AUX FERMETURES ADMINISTRATIVES !

Contre la mobilisation étudiante, l’Université Paris-Cité menace de fermer la fac !

Contre le mouvement naissant dans les facs, l’Université Paris-Cité menace de fermer le campus et de passer les cours en distanciel. A l’image de nombreuses universités de région parisienne, les présidences d'université essaient de museler toute tentative d’organisation des étudiants.

mardi 19 avril

Assemblée Générale devant le campus des Grands Moulins, on voit en arrière-plan la seule entrée protégée par des vigiles

Depuis l’Assemblée Générale qui a réuni 600 personnes à la Sorbonne mercredi dernier et l’occupation qui s’en est suivie autour du rejet du second tour des présidentielles, et pour la lutte pour l’inscription de tous les sans-papiers d’Ukraine, le climat de mobilisation étudiante naissante fait trembler les directions d’université. La présidence de l’Université Paris-Cité a ainsi envoyé un mail aux personnels de la fac pour les avertir d’un possible passage des cours en distanciel, si jamais la mobilisation venait à s’étendre sur le campus des Grands-Moulins. Dans cette déclaration, qui s’apparente à une menace pour prévenir toute organisation des étudiants, la présidence a également annoncé des “renforts de sécurité” et un contrôle systématiques des cartes étudiantes afin de rentrer dans l’établissement.

Capture d’écran d’un mail de l’université reçu par les étudiants et personnels

Cette attitude de la présidence n’est pas nouvelle : celle-ci a déjà pris l’habitude de tenter de tuer dans l’oeuf toute mobilisation en renforçant la sécurité et en restreignant préventivement l’accès aux sites, ou en interdisant la tenue de ces évènements, comme lorsqu’elle avait empêché la tenue d’une réunion publique du Poing Levé, afin d’empêcher de discuter de la candidature d’Anasse Kazib. Aussi, la menace du recours au distanciel, sans aucun motif sanitaire, est particulièrement scandaleuse.
Par ailleurs, ces tentatives de répression font aussi partie d’une stratégie commune à de nombreuses universités où le passage au distanciel a déjà été acté. A Nanterre et à P3,P4 et P6,et encore Paris 8 ce matin, les campus ont été fermés, privant étudiants et personnels de leurs lieux de travail et d’études.

La réaction des présidences d’université s’explique par la peur que la colère étudiante s’étende à d’autres établissements et à d’autres secteurs. Aussi, la remise en cause de la légitimé des élections et de l’alternative réactionnaire du 2e tour Macron-Le Pen qui est proposée, suscite la crainte de e la bourgeoisie, comme ont pu le développer certains éditorialistes ou médias. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre l’utilisation de mesures mises en place pendant la crise sanitaire pour réprimer le premier sursaut du mouvement étudiant.

Le personnel et les étudiants doivent rester mobilisés contre les fermetures administratives des universités. Il faut dès lors rejeter en bloc ces nouvelles menaces de censure et de décisions anti-démocratique. Pour exiger la réouverture des facs et s’organiser face au deuxième tour Macron, Le Pen, il faut continuer la mobilisation, avec notamment l’AG Interfac à Paris 8 mercredi à 10H !



Mots-clés

Université Paris 5   /    Université de Paris   /    Université Paris 7   /    Mobilisation   /    censure   /    Jeunesse