^

Politique

Loi séparatisme

Contrôle de 76 mosquées : Darmanin lance une nouvelle opération islamophobe massive et médiatique

Gérald Darmanin a annoncé sur Twitter le lancement d’une « action massive et inédite contre le séparatisme ». Cette opération devrait viser 76 mosquées. De la mise sous surveillance à la fermeture, cette attaque contre les lieux de cultes musulmans s’ancre dans une offensive islamophobe du gouvernement, après la dissolution du CCIF et dans la suite de sa Loi Séparatisme.

jeudi 3 décembre 2020

Ce mercredi, Gerald Darmanin a déclaré sur twitter : « Conformément à mes instructions, les services de l’Etat vont lancer une action massive et inédite contre le séparatisme ». Comme l’avait révélé auparavant Le Figaro, ce sont 76 lieux de cultes musulmans qui sont visés, et qui seront contrôlés et surveillés. 18 mosquées pourraient aussi possiblement être rapidement fermées par décision préfectorale. Le ministère parle aussi de trois « cibles prioritaires » dans la Seine Saint Denis.

Ces décisions sont détaillées dans un document de la Place Beauvau daté du 27 novembre dernier et qui vise à préparer la mise en application du projet de loi Séparatisme, et à s’attaquer au non-respect des « principes républicains ». En ce qui concerne les fermetures, plusieurs motifs sont avancés, comme l’explique Libération, « du non-respect d’une décision de fermeture à la présence d’un imam inscrit au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) en passant par des infractions aux règles applicables aux établissements recevant du public (ERP), des salles clandestines ouvertes sans autorisation ou encore lieu de culte visé par une demande de dissolution d’association.

Lorsqu’elles ne sont pas avisées de fermeture, les autres mosquées signalées par le ministère pourrait se voir subir des « contrôles administratifs réguliers », en d’autres termes être perquisitionnées et surveillées. Comme écrit dans le document du ministère, des mesures de contrôle pourront être prises concernant « les structures et les équipes qui les animent et/ou qui les fréquentent ». Des motifs flous et qui laissent toute latitude aux préfets pour effectuer ce type de contrôle pour tout et n’importe quoi. Des pratiques toujours plus arbitraires et discriminatoires. La logique sous-jacente est celle de renforcer le harcèlement de la communauté musulmane déjà commencé. Comme par exemple, cette perquisition surprise en plein cours d’arabe à des enfants dans la mosquée Omar.

Ce contrôle renforcé se combine à la mise en place d’un répertoire des lieux de culte, qui classe les mosquées selon leur affiliation à des courants de l’islam et des origines. Darmanin cherche à avoir la main mise sur les lieux de cultes musulmans pour « pouvoir identifier les lieux séparatistes qui ont déclaré la guerre à la République » comme il l’explique.

Gérald Darmanin cherche par ce coup de force à se repositionner après le recul forcé sur la Loi Sécurité Globale. Une opération médiatique, dans la lignée de la dissolution du CCIF ou BarakaCity ces derniers jours, permet au premier flic de France de poursuivre son offensive islamophobe, derrière le prétexte de lutter contre le terrorisme. Une attaque importante à la liberté de culte et qui permet aux préfets de mettre sous surveillance des mosquées avec des critères très flous. Cela fait suite à l’instrumentalisation du meurtre de Samuel Paty et s’inscrit dans la mise en place du projet de loi sur les Séparatisme qui vise à stigmatiser et réprimer les personnes musulmanes ou affiliées comme telles.

Comme l’explique, Guillaume Tabard pour Le Figaro : « Il en va du crédit du ministre de l’Intérieur et plus encore de la crédibilité de la loi « confortant les principes républicains », autrement dit la loi séparatisme. Après le cafouillage sur la loi sécurité globale, l’exécutif veut tourner la page. Et rebondir sur le terrain régalien. Fortement et rapidement. »

Cette Loi Séparatisme, qui contient des attaques tout aussi importante contre les droits-démocratiques que la loi Sécurité Globale, doit être combattue au même titre. Le mouvement qui s’est ouvert contre l’interdiction de filmer les policiers doit se saisir de la dénonciation de toutes les lois liberticides et racistes et ne peut laisser de côté l’offensive islamophobe en cours. L’alliance avec les secteurs de l’antiracisme est essentielle pour combattre ces attaques.




Mots-clés

Séparatisme   /    Gérald Darmanin   /    Islamophobie   /    Politique