^

Politique

Auto-détermination de la Corse !

Corse. Une vidéo de CRS chantant la Marseillaise relance les mobilisations après la mort d’Yvan Colonna

Alors que le gouvernement avait tenté de faire taire la rue en promettant des discussions sur un statut « d’autonomie » pour l’île, la mascarade de Darmanin n’a convaincu personne et la colère reste forte en Corse. Ce week-end, la vidéo de CRS chantant pendant un barbecue ont réactivé la colère contre l’Etat français et donné lieu à de nouvelles mobilisations.

lundi 28 mars

Crédits photo : Capture d’écran Twitter France 3

Vendredi dernier, Yvan Colonna était enterré à Cargese lors d’une cérémonie à laquelle ont pris part des centaines de Corses. Ces dernières semaines, l’agression en prison du militant corse avait suscité de fortes mobilisations derrière le slogan « Statu francese assassinu »
[« Etat français asssassin »], emmenées par une jeunesse déterminée en dépit de la répression policière.

Alors que la venue de Gérald Darmanin est apparue, sans grande surprise, comme une pure manœuvre visant à désamorcer la rue sans répondre aux revendications légitimes du peuple corse, on pouvait donc prévoir une reprise des mobilisations une fois les obsèques de Yvan Colonna passées. Malgré le deuil, il n’aura en effet pas fallu longtemps avant que la colère ne reprenne ses droits.

Une vidéo de CRS chantant la Marseillaise lors d’un barbecue organisé à la caserne de Furiani pendant l’enterrement de Yvan Colonna a notamment mis le feu aux poudres dès vendredi. Le chant de l’hymne national français par les forces de répression, à la fin duquel certains comme Christine Colonna, sœur d’Yvan Colonna, croient entendre les CRS crier « on l’a eu », a été perçu comme une provocation.

En réponse à la vidéo, des rassemblements ont d’abord été appelés samedi soir par les mouvements étudiants note Libération, puis dimanche par les syndicats étudiants nationalistes et les organisations indépendantistes Corsica Libera et Core in Fronte rapporte Le Figaro.

Devant la caserne de Furiano, au moins un millier de personnes étaient ainsi réunies dimanche à partir de 17h30. Des drapeaux corses et des banderoles ont été accrochées sur les grilles de la caserne, avant que des affrontements n’éclatent rapporte France 3. Face aux cocktails molotov des manifestants, CRS et gendarmes mobiles ont réprimé la mobilisation à coups de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement. Au total, on compterait 7 blessés légers chez les manifestants, et deux chez les forces de répression. Au même moment, un rassemblement avait lieu à Ajaccio devant la caserne d’Aspretto, tandis qu’à Paris un indépendantiste corse a été interpellé par une quinzaine de BRAV-M pour avoir organisé un rassemblement d’hommage à Yvan Colonna sur la Place de la République.

La mobilisation pourrait se poursuivre dans les jours à venir, et démontre que la colère est loin d’être apaisée après les pseudo-annonces de Gérald Darmanin et du gouvernement, qui veut faire taire les manifestations avant la présidentielle. Face à l’Etat français et sa répression, il est fondamental que les organisations du mouvement ouvrier et du mouvement social se solidarisent de la lutte du peuple corse, et défendent son droit à l’auto-détermination.



Mots-clés

Corse   /    Gérald Darmanin   /    auto-détermination des peuples   /    Corsica   /    Politique