^

Politique

Danger public

Couvre-feu : la belle-fille de Macron défend "l’encadrement temporaire des libertés" sur Europe 1

Jeudi soir, l'avocate Tiphaine Auzière et belle-fille de Macron a prit la parole sur Europe 1 au sujet du couvre feu pour défendre le rétablissement de l’État d'urgence et la gestion répressive de la crise sanitaire. Sans à aucun moment remettre en question le manque de moyen alloué à la santé qui a mené à cette situation.

samedi 17 octobre

Crédit Photo : Europe1

« En acceptant un encadrement temporaire des libertés, j’assure la protection de tous ». C’est en ces mots, que la belle-fille du président s’est exprimée jeudi soir au micro d’Europe 1 pour défendre le couvre feu. Basant la critique de cette mesure sur la défense de « l’intérêt général », l’avocate a fait l’apologie de l’État d’exception tout en éludant la question du manque de moyen alloué au système de santé public, et donc la responsabilité du gouvernement dans la crise actuelle. Une plaidoirie en faveur du gouvernement pour convaincre de donner carte blanche à ceux-là même qui se sont rendus coupable de la gestion chaotique de la crise pendant la première vague.

Car l’efficacité du couvre feu pour résorber le taux de contamination interroge. En effet, seulement 10% de la transmission du virus se fait dans la sphère privée tandis que 55% des clusters sont les universités, les écoles et les entreprises, qui elles continuent de fonctionner comme si tout allait bien. Le gouvernement choisit ainsi, de nouveau, de valoriser les profits plutôt que nos vies.

De plus, cette mesure ne peut qu’entraîner une accentuation de la répression notamment dans les quartiers populaires comme nous l’avons vu pendant le confinement, lorsque quinze personnes au moins sont mortes après avoir croisé la police. Les 12.000 policiers qui vont être déployés chaque nuit pour assurer le respect du couvre feu incarnent la gestion ultra-répressive de la crise sanitaire par le gouvernement. Dans son réquisitoire, Tiphaine Auzière ose même utiliser la guerre d’Algérie comme exemple de couvre feu efficace, dévoilant ainsi la généalogie colonialiste des méthodes employées aujourd’hui avec le couvre-feu et l’Etat d’urgence sanitaire.

Parce que ce sont toujours les plus précaires qui sont les victimes de ces mesures, ceux qui n’ont pas
de domicile ou vivent dans des logements insalubre et exigu, mais aussi les sans-papiers ou les travailleurs qui ne peuvent justifier d’attestation de leur employeur pour circuler et se rendre au travail. Sans compter que la politique menée par Emmanuel Macron qui va dans le sens des intérêts du grand patronat pour qui il facilite les licenciements, les suppressions d’emploi et les baisses de salaire en ces temps de crise économique.

Alors contester le couvre feu ne signifie pas être « égoïste » et se désintéresser de la santé d’autrui, comme le prétend Tiphaine Auzière à grand renfort de citation de Hobbes et de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen pour défendre « la protection de tous ». Car c’est bien la politique sécuritaire et anti-sociale, qui a cassé le système de santé et les protections sociales, et qui a laissé la deuxième vague arriver sans aucune préparation, qui met en danger la vie des travailleurs et des classes populaires.




Mots-clés

Couvre-feu   /    Emmanuel Macron   /    Politique