^

Notre classe

Inflation

Crise économique. Cinq millions d’élèves risquent d’être privés de cantine

Avec l’explosion générale des prix, le coût des repas de cantine risque d’augmenter drastiquement dans les écoles. 5 millions d’élèves pourraient ainsi se retrouver privés de cantine, dont 2 millions qui n’auront pas de repas du tout. Il faut geler les prix !

mercredi 14 septembre

Du fait de l’explosion générale des prix, celui d’un repas de cantine risque d’augmenter de 5 à 10 %, au sein des collectivités locales, rapporte l’Express dans un article. De nombreux enfants seraient amener à se voir privé de repas.

Photo : AFP/Nicolas TUCAT

En effet, de nombreux foyers sont soumis à une extrême précarité accentué par la crise de l’énergie. Selon Eric Labastie, secrétaire général de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), interviewé par l’Express, ce serait cinq millions d’enfants qui pourraient être privés de cantine, et, sur ces cinq millions, deux millions ne mangeraient pas du tout le midi n’ayant même pas la possibilité d’aller manger chez eux. Selon lui, avec l’inflation cette situation devrait empirer dans les prochains mois.

Interrogé par Le Monde, Catherine Ambeau, professeure de lettres et d’histoire en lycée professionnel à Pessac (Gironde), témoigne de la précarité grandissante de ses élèves : « Avant 2021, je n’avais jamais vu des lycéens mettre de côté de la nourriture pour les copains qui ne peuvent pas payer la cantine  ».

Mais ne pas pouvoir manger le midi n’est pas la seule difficulté à laquelle sont confrontés ces élèves, car leurs familles ont de plus en plus de mal à assumer les coûts liés au logement, au chauffage, ou encore à l’achat de vêtements ou de fournitures. La professeur continue ainsi : «  Nombre d’entre eux viennent me voir en me disant  : Dans un mois, j’aurai ce qu’il faut, mais là, c’est un peu dur.  »

Comme on peut le voir, le coût de la vie ne fait que renforcer les inégalités sociales, et cela a bien évidemment un impact sur la réussite scolaire. Face à cela, c’est souvent le personnel enseignant qui soutient ces familles en achetant des lits, des baskets, des lunettes, etc. Mais, malheureusement, cette solidarité ne suffit pas, elle doit s’accompagner de mesures d’urgences pour que ce ne soit pas aux classes populaires de payer la crise, comme le gel des prix, une hausse générale des salaires et leur indexation sur l’inflation.

Face à cette situation dans les écoles, nous revendiquons également la gratuité des repas, qui pourraient être pris en charge par l’ensemble de la société, ainsi que celle des fournitures scolaires. Nous ne voulons pas de cette école des inégalités où des millions d’enfants ont le ventre creux. Bien plus, cette situation renforce grandement les inégalités sociales et la sélection qui s’opère au fil du parcours scolaires. Ainsi il apparait central de revendiquer l’abrogation de l’ensemble des lois qui renforce la sélection à l’image de Parcoursup, mais aussi de refuser la réforme que souhaite faire passer le gouvernement sur les lycées professionnels. Une réforme qui ne fera qu’accentuer la sélection avant même le bac.



Mots-clés

Inflation   /    Prix de l’énergie   /    Lycéens   /    Précarité   /    Lycées   /    Notre classe