^

Politique

Mépris de classe

Crise énergétique. Les travailleurs galèrent, Le Maire s’engage à mettre un col roulé

Plus de 12 millions de personnes peinent à se chauffer, et nos conditions de vie vont se dégrader avec l’explosion des prix de l’énergie. Pas de panique, le ministre de l’Economie fera sa part : il s’engage à ne plus travailler en cravate, « mais avec un col roulé ».

mardi 27 septembre

Crédits photo : Kenzo Tribouillard / AFP

Invité sur France Inter, Bruno Le Maire a répondu à un auditeur qui s’inquiétait que l’école de sa fille n’allumera le chauffage qu’à partir du mois de décembre. Face à cette situation, le ministre de l’économie a répondu que la sobriété énergétique sera également de rigueur au ministère : « Nous ne mettrons pas le chauffage tant que la température [à l’intérieur] ne sera pas en dessous de 19 degrés. Vous ne me verrez plus avec une cravate mais avec un col roulé. Et je pense que ce sera très bien, ça nous permettra de faire des économies d’énergie, de faire preuve de sobriété. » a-t-il déclaré.

Brandir son col roulé en gage d’exemplarité pour mieux faire avaler que « chacun va devoir faire des efforts », voila la stratégie de la Macronie pour masquer les vrais responsables de la crise énergétique et climatique. Si les enfants dans les écoles, un ministre ou un grand patron mettent un pull de plus, tout ira mieux !

Pourtant les problèmes provoqués par l’inflation et la hausse des prix de l’énergie ne pourront pas se régler avec des pulls pour les travailleuses, travailleurs et les classes populaires ! Des HLM moins chauffés et plus tard dans l’année, incitation à ne plus prendre l’ascenseur dans les HLM, des facs qui ferment pour laisser les étudiants et les personnels payer le chauffage eux-mêmes... En France, 1 personne sur 5 est déjà en situation de précarité énergétique. L’explosion des prix va aggraver ce phénomène et toucher encore plus les plus précaires. Le col roulé de Le Maire ne trompe personne, nous ne sommes pas logés à la même enseigne.

Le gouvernement qui veut se montrer exemplaire est celui de politiciens professionnels qui prennent le jet pour aller voter, ou pour faire quelques dizaines de kilomètres. Mais surtout un gouvernement qui est à la solde des plus gros pollueurs mondiaux. A la solde des grands groupes de l’énergie comme Total, des transports maritimes (à l’image d’Alexis Kohler, bas droit de Macron dont la famille dirige MSC) comme la famille Saadé qui dirige CGA-CGM, des grands groupes du BTP qui construisent des passoires thermiques pour maximiser les profits des promoteurs, des géants de l’automobile, de l’aviation etc. Ces grands capitalistes qui se gavent sur notre dos grâce à l’inflation et qui après avoir saccagé la planète rejettent la faute sur le dos « des consommateurs ». Des capitalistes au nom desquels ce gouvernement détruit le service public ferroviaire, privatise les transports en commun et mène ses sales guerres au Sahel. Un gouvernement qui a toujours défendu les intérêts des multinationales de l’agro-industrie, en autorisant les néonicotinoïdes.

Pour en finir avec l’explosion des prix et utiliser les ressources énergétiques de manière rationnelle, nous devons nous battre pour exproprier les géants de l’énergie, et les placer sous le contrôle des travailleurs et de la population !

Une chose est sure : les petits gestes ne changeront rien, et Bruno Le Maire peut bien rester en cravate.



Mots-clés

Prix de l’énergie   /    Bruno Le Maire   /    mépris de classe   /    Politique