^

Politique

Darmanin

#DarmaninDémission : les propos réactionnaires du ministre suscitent la colère sur Twitter

Ce mardi 20 octobre, Darmanin était présent sur le plateau de BFMTV pour une « soirée spéciale » à la suite de l'attentat ayant donné la mort à Samuel Paty. Le ministre de l’intérieur a suscité l'indignation sur twitter, après une nouvelle sortie islamophobe, affirmant être choqué devant « les rayons halals communautaires des supermarchés »

mercredi 21 octobre

Crédit photo : AFP

Invité mardi sur le plateau de BFM pour revenir sur le terrible assassinat de Samuel Paty, Darmanin n’a cessé de développer un discours particulièrement islamophobe.
Pendant que le président de BarakaCity était encore en garde à vue Darmanin a répété que "Pas un euro d’argent public ne doit aller à des associations qui ne respectent pas les règles de la République". Il a ajouté dans la stricte continuité de la loi contre les séparatismes qu’il prépare depuis des semaines et qui a dans le viseur de nombreuses associations qui viennent en aide aux personnes musulmanes : "On abat tous les ennemis de la République et on donne tout à ceux qui sont républicains". Il a poursuivit son discours raciste en insistant sur le signe fort que représente pour lui la fermeture de la mosquée de Pantin. Il a complété sur le dernier volet de l’offensive menée par Schiappa et Dupont-Moretti qui souhaitent lutter contre ce qu’ils appellent le "cyber-islamisme", s’en prenant au "règne de l’anonymat et [aux] menaces complaisantes relayées par des milliers de personnes."

Mais ce qui a le plus scandalisé dans l’interview du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, c’est qu’il s’est dit « choqué » par la présence dans les hypermarchés français de rayons de «  cuisine communautaire ». «  Ça m’a toujours choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir qu’il y a un rayon de telle cuisine communautaire, c’est comme ça que ça commence le communautarisme . »

Ces paroles ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux et rapidement le hashtag #DarmananinDemission est arrivé numéro 1 des tendances. Le ministre est également revenu sur ses propos, refusant de revenir en arrière il a affirmé : « Je n’ai pas un mot à retirer de mes propos. Pas un. Oui le capitalisme a aussi une responsabilité dans la société ».

Le terrible assassinat de vendredi dernier à Conflans est aujourd’hui utilisé par Darmanin et le gouvernement, pour justifier son offensive sécuritaire et islamophobe. En appelant à « l’unité nationale » pour faire face à « l’islamisme radical » et pour la défense des « valeurs de la République » Macron cherche à légitimer sa politique réactionnaire, qui marche ouvertement sur les plates bandes de l’extrême droite. L’intérêt de « l’unité nationale » pour la Macronie est aussi de se protéger des potentielles explosions sociales, en pointant du doigts les musulmans comme étant les « ennemis de la République ». En ce sens, même les franges institutionnelles de l’extrême gauche, à l’instar de Jean Luc Mélenchon joue aussi le jeu de l’unité et du racisme décomplexé en criminalisant la « communauté tchétchène ».

La lutte contre « le séparatisme » et les « ennemis de la République » mené par le gouvernement depuis plusieurs mois s’intensifie. Après une montée en puissance des attaques contre les femmes voilées, c’est aujourd’hui l’ensemble de la population musulmane qui est dans le viseur du gouvernement. L’Intérieur a déjà organise des attaques contre les musulmans tels que la fermeture de la mosquée de Pantin ou encore la menace de dissolution du CCIF et de BarakaCity

Cependant les réactions sur Twitter avec le #DarmaninDémission témoignent que le déferlement de haine islamophobe, notamment de la part du ministre de l’Intérieur, indigne. Les propos de ce dernier sur les rayons halal des hypermarchés ont cristallisés tout le ridicule de la situation. Rappelant une fois de plus, le deux poids deux mesures qui s’exerce entre les "cultures culinaires" que Darmanin assimilent aux musulmans et les autres.

Alors que Darmanin, rappelons le, est accusé de viol et à reconnu devant la justice avoir reçu des « faveurs sexuelles » contre la promesse d’un logement et d’un travail lorsqu’il était maire de Tourcoing occupe aujourd’hui le poste de ministre de l’Intérieur. Sur Twitter, de nombreuses internautes lui ont rappelé qu’effectivement ce qui est choquant ce sont pas les rayons halal dans les supermarchés mais bien qu’un homme accusé de viol soit à l’Intérieur.

Cette vague d’indignation montre que l’unité nationale ne sera pas simple à tenir pour le gouvernement et que le flot de déclarations racistes et islamophobes ne passent pas très bien auprès de tous. Et pour répondre aux attaques menées de concert par le gouvernement, la droite, une partie de la gauche et par l’extrême-droite, il est nécessaire que ce hashtag ne reste pas isolé que les organisations du mouvement ouvrier s’emparent de cette question.




Mots-clés

BFM-TV   /    Gérald Darmanin   /    Islamophobie   /    Politique