^

Politique

Quand la préfecture compte plus de manifestants que les organisateurs

De "quelques milliers" à plus de 10.000 en fin de journée : les Foulards Rouges se sont-ils multipliés ?

Les chiffres de la Préfecture de Paris à la suite de la manifestation des foulards rouges en ont surpris plus d’un : 10 500 personnes ont été annoncées en fin de journée. Un chiffre repris ensuite par les principaux médias qui ont pourtant été plus prudent en début de journée, évoquant "quelques milliers" de manifestants.

lundi 28 janvier

Ainsi, dans la journée, un journaliste du Figaro présent sur place parlait seulement de « plus d’un millier de manifestants » sur Twitter :

Vers 15h, l’AFP donnait la première évaluation chiffrée, s’élevant à « quelques milliers de manifestants », un chiffre en deçà des espérances des organisateurs comme le notait France Info durant son live :

Avant l’annonce des chiffres de la Préfecture, La Croix ou Ouest France reprenaient d’ailleurs cette estimation de l’AFP. Pourtant, après l’annonce de la Préfecture, tous les médias ont finalement choisi de s’aligner sur le chiffre de 10 500

Un chiffre relativement important, jugé excessif par nombre d’observateurs présents qui ont dénoncé sur Twitter un deux poids de mesure entre cette manifestation et celle des Gilets jaunes de la veille. Du côté des organisateurs, qui annonçaient « Nous espérons être 10.000 minimum (...) ce serait génial d’être 20.000 rien qu’à Paris », ce chiffre permet d’atteindre leur objectif de justesse, et meme de dépasser ainsi les évaluations des journalistes présents.

Toutefois, au-delà d’une évaluation qui parait surestimée du nombre de manifestants, c’est surtout la virulence, verbale et physique, des Foulard Rouges envers les Gilets Jaunes qui a marqué la journée et risque de nuire à l’image "d’apaisement" et de "pacification" que tente de diffuser le gouvernement. Nombres de Foulard Rouges insultant vertement les Gilets Jaunes - "fachos", "chiens pourris" ou encore "analphabètes". Ainsi, visiblement, les médias ne sont pas inquiétés du profil plutôt "radicalisé" de nombres de Foulards Rouges qui ont donné libre cours à leur haine des pauvres.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    mépris de classe   /    Politique