^

Notre classe

Blocage

De retour ! Les gilets jaunes bloquent une zone industrielle à Epône

La mobilisation devait faiblir ? Les gilets jaunes 78 ont contredit cette affirmation quasi unanime du pouvoir et des médias à leur solde, lors d’une nouvelle action de blocage ce dimanche.

lundi 7 janvier

Après la forte mobilisation de l’acte VIII, les gilets jaunes du 78 reprenaient de plus belle les actions, confirmant leur forte détermination, avec une occupation filtrage de la zone industrielle d’Epône dans le but de pénaliser l’économie en arrêtant les poids lourds qui alimentent les entreprises.

Ils sont présents à une centaine, ce dimanche 6 janvier à 16h00. Bien, équipés et préparés, palettes en quantité pour mettre en place des chicanes obligeant à des arrêts pour les poids lourds, grand cabanon pour se protéger du froid et s’asseoir dans le but de passer la nuit, galettes des rois et café pour les participants, fûts métalliques pour des braséros.

Ils ont préparé l’opération avec discernement, en prenant bien soin d’installer le cabanon sur un terrain privé, afin, en théorie au moins, d’obliger le propriétaire à obtenir un arrêté d’expulsion. Donc du temps gagné par rapport à un espace public où la police interviendrait immédiatement.

Ils sont là, smicards, chômeurs, précaires, intérimaires, mères de famille avec des enfants, parents isolés, tous déterminés à montrer au gouvernement que leur volonté est bien loin d’être entamée et qu’il faudra continuer à compter avec eux.

Les gilets jaunes sont présents sur le terrain et mobilisés contre Macron et sa clique, contre sa politique de privilégier les riches pour, prétendument, faire le bien des pauvres… Personne n’est dupe et ils sont là.

Ils se sont réunis dans la semaine, à 21h sur un parking et dans le froid pour préparer cette nouvelle action et ils ont répondu présents à l’appel ce dimanche. Une détermination qui fait plaisir à voir, au lendemain d’une mobilisation qui a encore fait trembler le pouvoir et intensément.

Immédiatement, la police intervient, demandant de « dégager » les chicanes de la route. Les GJ obtempèrent, en prenant bien soin de laisser les palettes sur le trottoir, repoussant l’affrontement à ce lundi matin, car il n’est pas question d’abandonner l’idée de ce contrôle de la zone industrielle.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Blocage économique    /    Notre classe