^

Décembre 1947

Déclaration de la 4ème Internationale : la partition de la Palestine en 1947

En 1947, l'ONU approuvait la résolution 181 qui décidait la partition de la Palestine et permettait la création artificielle de l'Etat d'Israël. La Quatrième Internationale, fondée 9 ans plus tôt par Léon Trotsky, publiait alors cette déclaration.

mardi 25 mai

Après que les "trois grands" soient arrivés à un accord concernant la partition de la Palestine, le vote aux Nations Unies n’était plus qu’une formalité. L’impérialisme britannique se retire du Proche-Orient vers une seconde ligne de défense comparable à ce qui a été mis en place avec la division de l’Inde. Au sein des deux Etats, le Juif et l’Arabe, la Grande-Bretagne préserve l’essentiel de ses positions économiques et financières. La Légion Arabe de l’hypothétique Etat arabe et la Haganah [1] opéreront en étroite concertation avec le ministère de la Guerre britannique, comme c’est le cas des armées hindoues et musulmanes en Inde. Et, comme en Inde, la partition s’est avérée le meilleur moyen de dévier vers un combat fratricide la lutte des masses arabes et la colère de la population laborieuse juive.

Les manœuvres de l’impérialisme britannique ont été rendues nécessaires par la diminution de ses ressources. Elle oblige les impérialistes à baisser leurs "engagements internationaux" afin d’économiser à la fois dollars, force de travail et armement. Ceci est même présenté encore plus hypocritement dans le cas spécifique de la Palestine. En fait, la création d’un Etat arabe indépendant en Palestine est hautement improbable. C’est pourquoi le roi Abdallah de Transjordanie, l’agent n°1 de la City de Londres dans le monde arabe pourrait tout à fait réussir à intégrer l’est de la Palestine à son royaume et réaliser ainsi la première étape de la formation de l’empire de Grande Syrie, objectif final de sa dynastie et de la bourgeoisie britannique au Proche-Orient. Londres continuera à régner sans que cela ne coûte le moindre penny au contribuable anglais. Le seul peuple à en souffrir serait bien sur les palestiniens eux-mêmes.

Pour l’impérialisme américain, comme pour la bureaucratie soviétique, l’acceptation de la partition signifie surtout la liquidation du mandat britannique et l’ouverture de la lutte pour hériter des positions abandonnées. Le Kremlin se félicite de l’ouverture d’une période de troubles au Proche-Orient, à l’occasion desquels il fera de son mieux pour affaiblir les positions anglaises et préparer sa propre pénétration, soit sous couvert d’une "Commission mixte de l’ONU" ou d’une "tutelle des Trois Grands" sur Jérusalem. L’impérialisme américain se trouve confronté en Palestine, comme auparavant en Grèce, au problème de trouver une solution de rechange à la tutelle impérialiste que les britanniques ne peuvent plus assumer. Après l’évacuation des troupes anglaises, la Haganah sera la seule force militaire disposant d’un équipement moderne, une force étrangère au monde arabe et qui servira si besoin est, à combattre une insurrection autochtone ou une menace russe sur les sources de pétrole. Nous ne devrions donc pas être surpris à partir de maintenant, si l’impérialisme américain, soit en formant une "Ligue juive" soit en en finançant une, tente d’avoir une influence prédominante sur la Haganah et d’en faire l’instrument de sa politique au Proche-Orient. Mais il demeure évident qu’un Etat juif, comme le mouvement sioniste qui l’a précédé, n’est considéré par les grandes puissances que comme un pion de leurs manœuvres au sein du monde arabe. Un tel Etat, loin de recevoir une "protection" ouverte et permanente de n’importe laquelle de ces puissances, demeurera toujours en position précaire et incertaine, et pour sa population s’ouvrira une période de privations, de terreur et de terrible tension, qui ne deviendra que plus aiguë à mesure que se développeront les forces luttant pour l’émancipation du monde arabe.

La partition de la Palestine et le renversement clair des positions sionistes face à l’impérialisme britannique - y compris celles de la plupart des extrémistes -, ont porté un coup mortel à toutes les théories impressionnistes qui ont fleuri avec les bombes de l’Irgoun [2]. La solidarité fondamentale de la Haganah et même de l’Irgoun avec l’impérialisme et contre les masses arabes a été démontrée de la façon la plus éclatante. Le caractère criminel du sionisme apparaît clairement dans le fait, que grâce à son rôle réactionnaire, les premiers mouvements des masses arabes en faveur d’une Palestine unie et indépendante sont dirigés contre la population juive et non directement contre l’impérialisme. Les très réactionnaires chefs du Comité arabe pour la Palestine ont ainsi l’occasion de redorer leur blason en versant le sang des malheureux juifs qui sont des victimes de la politique sioniste.

Les dirigeants sionistes de par le monde ont fêté la proclamation de l’Etat miniature comme une grande victoire. Erreur misérable ! Le piège que constitue la Palestine pour les juifs, selon les mots de Trotsky, vient de se refermer.

Sans changement radical de la situation mondiale et sans recul du sionisme parmi le mouvement ouvrier juif de Palestine, l’extermination complète du peuple juif lors de l’éruption de la révolution arabe sera le prix payé par les juifs pour leur triste succès de Lake Success [3]. Et, par une ironie amère de l’Histoire, l’établissement d’un Etat juif indépendant, qui, selon les brillants théoriciens sionistes, était censé éradiquer l’antisémitisme dans le monde a été salué par l’éruption d’une vague pogromiste sauvage à Aden et une nouvelle vague d’antisémitisme dans le monde.

La position de la IV° Internationale vis-à-vis de la question palestinienne demeure aussi claire que dans le passé. Elle sera à l’avant-garde du combat contre la partition, pour une Palestine unie et indépendante, dans laquelle les masses détermineront souverainement leur destin par l’élection d’une Assemblée Constituante. Contre les effendis et les agents impérialistes, contre les manœuvres des bourgeoisies égyptiennes et syriennes qui essaient de dévier la lutte pour l’émancipation des masses en lutte contre les juifs, elle appellera à la révolution rurale, à la lutte anticapitaliste et anti-impérialiste, qui sont les moteurs essentiels de la révolution arabe. Mais elle ne peut mener ce combat avec une chance de succès qu’à condition qu’elle prenne position, sans équivoque, contre la partition du pays et l’établissement d’un Etat juif.

Plus que jamais, il faut en même temps appeler les masses travailleuses d’Amérique, Grande-Bretagne, Canada et Australie, le peuple travailleur de chaque pays à lutter pour l’ouverture des frontières de leurs pays respectifs aux réfugiés, aux personnes déplacées, à tous les juifs désireux d’émigrer, sans discrimination. Ce n’est que si nous menons sérieusement, effectivement et avec succès ce combat que nous pourrons expliquer aux juifs pourquoi il ne faut pas aller dans le piège palestinien. L’expérience terrible qui attend les juifs dans l’Etat miniature crée en même temps les prémisses de la rupture de larges masses d’avec le sionisme criminel. Si une telle rupture n’a pas lieu à temps, l’"Etat juif" s’effondrera dans le sang.

[1] Organisation paramilitaire juive alors dirigée par le « travailliste » D. Ben Gourion. Elle avait été fondée à l’époque du mandat britannique sur pour assurer la défense des colons juifs.

[2] Organisation nationaliste juive, née en 1935 d’une scission de la Haganah, et dirigée après 1945 par M. Begin. L’Irgoun organisa l’immigration clandestine des juifs en Palestine et lutta par le terrorisme contre la présence britannique dans le pays et contre les populations palestiniennes.

[3] Lake Success : localité près de New-York où fut négocié le statut de la Palestine par l’ONU en 1947.




Mots-clés

Israël   /    ONU   /    Internationalisme   /    Trotsky   /    Palestine