^

Politique

Législatives

Défaite : Eric Zemmour et ses amis de Reconquête éliminés dès le 1er tour des législatives

Si l’extrême-droite a progressé nationalement ce dimanche, les candidats de Reconquête ont essuyé une sévère défaite. De Zemmour au policier Bruno Attal en passant par la figure de la fachosphère Damien Rieu ou Stanislas Rigault, tous ont été éliminés dès le premier tour… pour notre plus grand plaisir.

lundi 13 juin

Crédits photo : AFP

Sur fond d’abstention record, les résultats du premier tour des législatives ce dimanche ont confirmé la tripartition de l’échiquier politique français. En tête, la NUPES emmenée par Jean-Luc Mélenchon y a devancé la droite macroniste. Derrière eux, l’extrême-droite subit un revers par rapport à la présidentielle mais réalise malgré tout un record historique aux législatives.
 
Si l’extrême-droite progresse ainsi en nombre de voix au national, Reconquête, le parti d’Eric Zemmour, qui entendait bouleverser l’extrême-droite et rivaliser avec le RN, essuie une défaite sévère. Ce dernier et ses principaux lieutenants obtiennent en effet des scores piteux, et sont tous éliminés dès le premier tour !
 
Dans la quatrième circonscription du Var, circonscription très à droite dans un département qui a mis Marine Le Pen en tête lors des élections présidentielles dernières, le chef de file de Reconquête ne parvient même pas à imposer une triangulaire. En effet, avec 23,19% des suffrages, Zemmour est devancé par le candidat du RN Philippe Lottiaux qui obtient 24,74% des votes et la candidate macroniste Sereine Mauborgne (28,51% des suffrages). Ne réunissant pas à regrouper 12,5% des inscrits sur son nom, Zemmour est donc éliminé.

Même échec du côté de ses lieutenants. Guillaume Peltier, vice-président exécutif de Reconquête, et ancien vice-président des Républicains a ainsi appris hier en direct sur le plateau de TF1 son score de 13,99% dans son « fief » du Loir-et-Cher, et l’élimination qui va avec. De même, le président de la Génération Z, Stanislas Rigault, figure très médiatique de 23 ans et protégé d’Eric Zemmour, se plante dans la 2e circonscription du Vaucluse, terre très ancrée à droite, avec seulement 10,58% des voix malgré le soutien de sa suppléante, Marion Maréchal, qui avait été élue en 2012 dans le département. À Paris, dans le très bourgeois XVIe arrondissement qui avait fortement voté Zemmour, le candidat y réalisant son 4ème meilleur score national à la présidentielle, le candidat Reconquête Sebastien Pilard échoue à passer le premier tour.
 
 
Les résultats ne sont pas plus brillants du côté des « stars » de la fachopshère qui ont rejoint Zemmour. Damien Rieu, fondateur de Génération identitaire, qui s’est illustré récemment sur les réseaux sociaux avec une vidéo aussi xénophobe que stupide dans laquelle il traverse de nuit la frontière franco-italienne n’a réuni que 10,66% des suffrages dans les Alpes-Maritimes. 4 points de moins que le score de Zemmour au 1er tour de l’élection présidentielle au même endroit. De son côté, avec seulement 5,38% des voix, le policier Bruno Attal, connu pour ses sorties ultra-réactionnaires et islamophobes, se prend une raclée monumentale dans la 14e circonscription du Rhône.
 
Si Reconquête ne va pas disparaître et continuera d’infuser ses discours ultra-réactionnaires dans le débat public tout en recevant des subsides publics pour ses résultats, la débâcle de Zemmour et de ses soutiens est frappante ce dimanche. Sans oublier que l’extrême-droite progresse au national, nous ne bouderons pas notre plaisir face à cette claque électorale.



Mots-clés

Eric Zemmour   /    Législatives   /    Extrême-droite   /    Politique