^

Jeunesse

Jeunesse

Départ d’incendie à Paris 8 : les étudiant.e.s mobilisé.e.s perplexes

Mardi en début d’après-midi, au “carré rouge”, un espace occupé à l'université Paris 8 contre l'augmentation des frais d'inscription pour les étudiant.e.s étranger.e.s, des étudiant.e.s mobilisés ont été alertés par des signalements d'un départ de feu dans les toilettes situées à proximité. Après avoir constaté un départ d’incendie, ils se sont empressés à quelques-uns d’y mettre fin à l’aide d’un extincteur d’incendie. Quelques minutes après seulement, des membres de la sécurité sont arrivés.

jeudi 31 janvier

Si le feu a été rapidement maîtrisé, les étudiants témoins de l’événement ont été néanmoins surpris de ne pas avoir entendu d’alarmes incendies se déclarer. Bien que les dégâts aient été minimes, les conséquences d’une telle défaillance auraient pu être infiniment plus graves. Il aura fallu compter cette fois-ci sur les étudiants eux-mêmes pour gérer la situation.

Cet épisode suscite beaucoup d’interrogations et la consternation de nombre d’étudiants de l’université de Saint-Denis. Beaucoup partagent l’impression d’une “fac poubelle” où les moyens sont cruellement manquants. En effet, on n’imagine mal pas un départ de feu à Science Po ou à Panthéon Sorbonne sans que celui-là ne déclenche une série d’alarmes et ne soit toute suite maîtrisée par des membres de l’université.

Dans un contexte où la présidence multiplie les signaux d’hostilité à l’encontre de l’espace le “carré rouge”, les étudiants qui occupent cet endroit ont tenu à écrire un communiqué pointant un certain nombre de faits troublants susceptibles d’établir des liens entre leur bataille pour le maintien de ce lieu et cet incident. Sans verser dans le complotisme, ils appellent la présidence à cesser ses menaces, directes ou indirects, contre ceux qui aujourd’hui se battent pour une université ouverte à tous et toutes, avec des moyens à hauteur des besoins, et à clarifier sa position contre cette mesure inégalitaire et raciste touchant les étudiant étrangers.




Mots-clés

Paris 8   /    Jeunesse