^

Notre classe

Blocages et barrages filtrants

Dépôts RATP. 51 jours plus tard, les piquets sont toujours là…

« Trafic perturbé sur l’ensemble du réseau », dit la RATP. Dans la France de Macron comme dans les régimes autoritaires, la propagande et le mensonge doivent être éhontés pour fonctionner. Ou pas. Côté dépôts, ce matin, pas beaucoup de bus qui sortent.

vendredi 24 janvier

Dès 4h30, sur différents dépôts parisiens et de banlieue, des grévistes et leurs soutiens. Localement, là où c’est possible, les sorties ont été bloquées. Sur le dépôt de Flandre, à Pantin, la sortie a été stoppée pendant une heure, notamment par des enseignantes et enseignants grévistes qui se sont essayé à un peu d’aérobic, de bon matin. Les flics, qui n’ont pas goûté à la plaisanterie, les ont repoussés. Ils ont donc fini par bloquer une partie de l’avenue Jean Jaurès. Même scénario à Vitry, où les bus ont été bloqués.

Ailleurs les taux de grévistes sont plutôt importants pour une journée qui est censée n’être que « perturbée » selon les dires de la Régie. Et partout, en plus du café, des braséros et des croissants, des piquets avec des grévistes et leurs soutiens, d’un côté, et la police, de l’autre. Et une majorité de l’opinion publique du côté des grévistes.

A Ivry, les bus sont passés au compte-goutte, ce matin. Pareil sur les dépôts de Lagny, d’Aubervilliers ou de Pleyel, encore très fortement dans l’action. Sur le gros dépôt du Nord-parisien, à Belliard, 70% de grévistes, ce matin, et des bus qui ne sortent que très rarement. Et quand c’est le cas, la plupart des machinistes verse à la caisse de grève.

Prochain rendez-vous pour les agents grévistes de la RATP, à République, à 10h30, sous la statue, pour manifester, avec la Coordo RATP-SNCF, les Interpros et les étudiants et prendre la tête du cortège parisien.




Mots-clés

RATP-Belliard   /    Coordination RATP-SNCF   /    Grève   /    RATP   /    Notre classe