^

Monde

Europe forteresse

Depuis mars, la Grèce aurait expulsé et abandonné 1072 migrants en pleine mer

Le New York Times a révélé le 14 août que les autorités grecques ont renvoyé 1072 demandeurs d'asile depuis début mars, en les abandonnant dans la mer. Une expression cruelle de la « crise migratoire » européenne, qui fait des migrants la monnaie d'échange des politiques réactionnaire des gouvernements.

lundi 17 août

Crédits photo : Aris Messinis / AFP

La nouvelle fait froid dans le dos. Les autorités grecques auraient procédés a 31 expulsions, concernant 1072 demandeurs d’asiles. depuis début mars. Dans un article paru le 14 aout, le New York Timesrevèle que les autorités grecques ont renvoyé a plusieurs reprises des demandeurs d’asiles dans la mer sur des embarcations de fortune destinés a couler dans la méditerranée. A l’aide de témoignages des rescapés de ces abandons meurtriers, et des récits d’observateurs des frontières grecques le journal a mis en lumière ces faits,

Cette répression envers les migrants s’inscrit dans la continuité de l’escalade répressive sur le terrain migratoire en Grèce, depuis l’élection du premier ministre Kyriakos Mitsotakis.

La répression est venu s’accentuer avec la crise sanitaire, qui a donné un pretexte au gouvernement pour conditionner les entrés dans le territoire. « Le coronavirus a fourni une opportunité pour fermer les frontières nationales à qui ils voulaient », déclare au NewYork times François Crépeau, expert en droit international. Dans les iles de Lesbos, Samos et Chios ou plusieurs camps sont construits, les migrants vivent dans des prisons à ciel ouvert. Les camps accueillent le triple de leur capacité dans des conditions inhumaines, ni eau, ni électricité, seulement de la répression.

Une rescapée, Mme l-Khatib raconte dans le New-York Times que fonctionnaires grecs, lui ont retiré son carburant et l’ont remorqué jusqu’aux eaux turques. Les migrants, repoussées du territoire européen, sont les premières victimes de l’accélération des tensions entre les Etats. La répression du gouvernement grecque vient mettre la lumière sur une Europe qui se consolide comme Europe forteresse et répressive. En effet, l’union européenne à annoncé une aide de 700 millions d’euros à la Grèce pour maintenir les frontières fermés, et à annoncé le renfort de Frontex, agence européenne de défense.

Le gouvernement français et son tournant droitier et répressif est a l’image de cette Europe réactionnaire. Sur le plan européen, G. Darmanin a crée plusieurs cellules de « lutte contre les passeurs », avec le Royaume-Uni et l’Italie. Sur le terrain national, le Canard Enchaîné révélait début juillet que le ministère de l’Intérieur a ré-autorisé les expulsion, jusqu’à présent suspendues pour cause de confinement vers 28 pays. Ce sont donc des milliers de sans-papiers qui sont aujourd’hui susceptibles d’être expulsés du territoire français.

C’est donc une Europe des barbelés qui se durcit, dans un contexte ou l’on remarque une hausse importante des arrivés, en Italie, c’est une augmentation de 150% par apport à la même période l’année dernière. Premières victimes de la crise sanitaires et économiques en cours, les migrants subissent de plein la répression des Etats européens.




Mots-clés

Réfugiés   /    Grèce   /    Monde