^

Politique

Pendant qu'on tire sur les musulmans...

Dernière Une de Charlie Hebdo : islamophobie et théorie du grand remplacement

Cette semaine Charlie Hebdo a tenu à se joindre à l'offensive islamophobe menée par le gouvernement et les grands médias sur le terrain de l'extrême-droite. Le lendemain de l'attentat de Bayonne où un ex-candidat RN a tiré sur des musulmans, le journal enfonce le clou avec la Une de cette semaine, qui emprunte largement à la théorie raciste du « grand remplacement ».

mercredi 30 octobre

Cela faisait longtemps que Charlie Hebdo ne nous faisait plus rire. A partir de 2002 déjà, le journal affichait ouvertement son soutien à l’Etat colonial israélien et aux interventions impérialistes américaines et françaises au Moyen-Orient sous couvert de lutte contre l’islamisme.

Plus récemment encore, en 2018, avec la caricature de Myriam Pougetoux, étudiante à Paris 1, le journal se joignait à la propagande macroniste pour décrédibiliser la mobilisation étudiante contre la mise en place de Parcoursup et de la sélection à l’université, avec une caricature raciste et sexiste de la militante de l’UNEF.

Et si Charlie Hebdo se payait le luxe des caricatures islamophobes sous couvert d’une pseudo-analyse du voile, le présentant comme un symbole de domination patriarcale, un dessin paru le 13 juin dernier pendant la Coupe du monde féminine de football, venait démontrer que les religions sont loin d’avoir le monopole du machisme, et qu’on pouvait compter sur le sexisme de la rédaction du journal pour nous le rappeler.

Si certains continuaient à défendre le canard, au nom de la liberté d’expression ou de l’humour, il va être difficile d’expliquer en quoi la Une de cette semaine du ressort du rire et non de l’appel à a haine. Le dessin en question représente un Macron sur fond de femmes voilées et de vert (couleur associée à la culture musulmane), conciliant avec « la République islamique en marche », et expliquant « ce n’est pas mon affaire » en référence au dernier discours du chef de l’Etat.

Une rhétorique digne de la théorie du « grand remplacement », qui postule que le gouvernement Macron organiserait « l’islamisation de la France » (sic) et l’immigration... en passant sous silence que depuis plusieurs semaines maintenant c’est le gouvernement lui-même qui appelle à la délation des musulmans et donne des ailes à l’extrême-droite, tandis que les immigrés n’ont jamais cessé d’être réprimés par les gouvernement successifs en France.

L’agression d’une femme voilée qui accompagnait son enfant en sortie scolaire par un élu RN, et surtout l’attentat de Bayonne orchestré par un ex-candidat du RN contre une mosquée, montrent bien que le principal danger dans le discours d’Emmanuel Macron, c’est qu’il alimente les attaques de l’extrême-droite française, dont il encourage en même temps le passage à l’action. Dans ce cadre, alors qu’en France en 2019, on tire sur les musulmans, la dernière Une de Charlie Hebdo n’est rien de plus qu’une énième lâcheté de sa rédaction, qui hurle avec les loups, bien loin de l’esprit anti-autoritaire et anti-système des origines du canard.




Mots-clés

Macronisme   /    Islamophobie   /    Emmanuel Macron   /    Extrême-droite   /    Politique