^

Jeunesse

Assemblée Générale, meeting avec Michaël Wamen, cortège et action à la présidence

[Dernière minute] Mobilisation au Mirail à Toulouse, une journée particulière

Ce mardi 22 mars, une assemblée générale ayant regroupé entre 250 et 300 étudiants s'est tenue à l'université du Mirail. Si les chiffres semblent montrer une stagnation, l’atmosphère sur le campus tranchait avec la semaine passée, une ambiance plus vivace qui s’est traduite, en fin d’AG, par la décision de 150 des présents de rejoindre le bâtiment de la présidence pour exiger la banalisation totale de la journée de jeudi, avec occupation si besoin, afin d’optimiser la participation à la manifestation. Une revendication qui a été en partie satisfaite, puisque la fac sera banalisée à partir de 12h30. Correspondants

mardi 22 mars 2016

Une assemblée générale particulière...

L’assemblée générale a démarré sur un débat au sujet... de la tribune et du mode de fonctionnement. Une partie des étudiants avançait que le mode d’organisation "traditionnel" ne laissait que peu de place au débat, posant comme alternative la mise en place d’un micro-tournant, d’un responsable du tour de parole et d’un "secrétaire" charger de prendre note des revendications. Une "tribune mouvante" qui a les mêmes fonctions qu’une tribune classique, à ce détail près que les idées et propositions qui ont surgis tout au long de l’Assemblée Générale - ateliers "ré-décoration de la fac", nouvelle assemblée générale, action de blocage de la circulation le 24 avec les travailleurs etc. - n’ont pu être clairement entérinées. Une expérience qui s’est révélée assez désorganisatrice, à l’heure où la volonté de massifier le mouvement est largement affichée, et dont il faudra tirer les leçons…

Journée singulière, un meeting avec Mickael Wamen, ex-salarié GoodYear, qui a rassemblé une bonne centaine de personnes, mélangeant étudiants et personnels de la fac, se tenait au même moment dans l’amphithéâtre faisant face à celui où se tenait l’AG. Reflet de l’état du mouvement, ce fait explique en partie la stagnation du nombre de participants à l’AG des étudiants. Mais au final, Mickael Wamen en personne est venu pour s’adresser aux étudiants, terminant l’AG sur un appel combattif à la convergence des luttes. Bilan, malgré cette dispersion ponctuelle, et alors même que se tenait ce jour les élections aux conseils centraux, c’est plus de 400 personnes qui se sont impliquées aujourd’hui au Mirail contre la loi travail.

Cortège et coup de pression sur la présidence. Les étudiants obtiennent la banalisation des cours pour aller manifester jeudi !

Si des perspectives à plus long terme n’ont pu être entérinées durant cette AG au profil « expérimental », l’énorme point positif a été la décision collective de converger en cortège jusqu’au bureau de la présidence pour exiger une banalisation totale de l’université pour la journée de mobilisation du 24 mars. En effet, sur le papier la présidence avait bel et bien banalisé les journées du 9 et du 17. Cependant, le communiqué évasif du président avait, dans les faits, accouché de bon nombre d’accrocs, des étudiants ayant été sanctionnés réprimandé pour leur absence, notamment du fait que certains examens avaient été maintenus.

Pour ces raisons un cortège de 150 étudiants, scandant "Grève générale, jusqu’au retrait total" s’est dirigé en fin d’AG a rallié les bureaux de la présidence. Après une tentative d’occupation repoussée par la sécurité, la présidence bien plié sous le rapport de force, sans pour autant que le roseau ne rompe. S’il était au départ inenvisageable pour la présidence d’aller plus loin qu’un simple communiqué comparable aux précédents, les étudiants ont finalement obtenu la banalisation totale des cours à partir de 12h30. Une première victoire obtenue grâce à la détermination des étudiants, qui ont refusé de quitter les lieux sans avoir obtenu satisfaction. Ces éléments nouveaux témoignent-ils d’une montée en puissance du mouvement sur le Mirail ? Tous les ingrédients sont là pour la concrétiser, il s’agit maintenant de franchir le cap, et en premier lieu pour la manifestation de ce jeudi 24 !




Mots-clés

Loi El Khomri   /    Toulouse   /    Jeunesse