^

Notre classe

Répression à la SNCF

Des dizaines de syndicats et personnalités en soutien à Éric, cheminot menacé de licenciement

Depuis plusieurs semaines, une campagne contre la répression et la souffrance au travail à la SNCF a été lancée par des collègues d’Éric, cheminot menacé de licenciement pour s’être mis à genoux devant sa hiérarchie comme une manière de dénoncer la soumission que l’on nous demande aujourd’hui à la SNCF. Depuis, des dizaines de syndicats et personnalités ont exprimé leur soutien à Éric à travers de motions et photos que nous relayons ici.

mercredi 22 mai

Éric, cheminot depuis 27 ans, est reconnu par nombre de ses collègues comme un véritable lanceur d’alerte. Il a aidé énormément de collègues en souffrance, victimes de discrimination ou simplement laissés à l’abandon par une direction qui applique les nouvelles formes d’organisation du travail, qui riment avec la destruction du service public.

Il apparaissait donc comme une évidence, pour de nombreux syndicats, que ce soit à Sud Rail, la CGT Cheminots ou encore FO Cheminots, d’afficher leur soutien à Éric, qui n’est que la pointe visible de l’iceberg de la répression qui s’abat sur nombre de cheminots et cheminotes à la SNCF aujourd’hui.

De Sud Rail Midi-Pyrénées à Sud Rail Strasbourg, en passant par le syndicat de Limoges ou celui de Bordeaux, plusieurs de la région parisienne comme celui d’Austerlitz, Paris Nord, Paris Sud Est – Gare de Lyon, Paris Est, Technicentre Atlantique à Chatillon, ou encore Sud Rail Saint Lazare, syndicat dans lequel milite Éric, tous ces syndicats n’ont pas hésité à appeler à la mobilisation générale des collègues pour ce jeudi 23 mai devant la gare Saint Lazare, cour de Rome, et plus en général pour stopper cette répression patronale.

Sud Rail Midi-Pyrénées

Photo de soutien de Paris Sud Est

La Fédération Sud Rail, en plus de signer la tribune parue sur Médiapart et signée par de nombreuses personnalités, a sorti une affiche fédérale appelant les cheminots à se mobiliser massivement le 23.

Sur la page Facebook de soutien à Éric, nous trouvons également des motions de soutien envoyées par des syndicats CGT Cheminots, comme celui d’Achères, de Paris Est, de Trappes, ou encore de celui de Tours.

Il y a également la Fédération FO Cheminots qui a publié un communiqué national pour dénoncer la répression et appelant au rassemblement du 23 à la gare Saint Lazare.

Mais il est important de souligner que le soutien à Éric et la dénonciation de la répression patronale ne se limite pas aux organisations syndicales au sein de la SNCF. Que ce soit Solidaires 78, des militants et militantes de Sud Santé en lutte contre la casse de la santé publique, Sud Education 93 ou encore différents syndicats CGT du privé, comme le syndicat CGT Sidel au Havre, celui de la CGT à PSA Mulhouse, ou la CGT Monoprix, entre autres, se sont également levés pour dénoncer cette injustice.

Sud Santé, manifestation du 9 mai à Paris

CGT Monoprix

Des Gilets jaunes et des travailleurs des Yvelines, d’où vient Eric ont également fait un communiqué de soutien et appelé à une manifestation pour "organiser la riposte".

Enfin, le soutien est également venu de la part de personnalités politiques, ou du milieu social ou culturel : la comédienne Audrey Vernon, la Compagnie Jolie Môme, le journaliste Daniel Mermet, le philosophe Frédéric Lordon, Assa Traoré, la figure des Gilets Jaunes Eric Drouet, l’avocat et journaliste Juan Branco, l’ancien socialiste Gérard Filoche, les politiques de La France Insoumise Eric Coquerel, Raquel Garrido et Alexis Corbières, entre autres, Nathalie Arthaud porte-parole de Lutte Ouvrière, Ian Brossat tête de liste aux européennes pour le Parti Communiste, Olivier Besancenot et Philippe Poutou pour le Nouveau Parti Anticapitaliste.

La Compagnie Jolie Môme

Daniel Mermet

Frédéric Lordon

Eric Drouet

Gérard Filoche

Eric Coquerel

Nathalie Arthaud

Ce soutien large et venant de différents horizons, syndical, politique, cultural et du mouvement social montre bien que nous sommes un certain nombre à ne pas accepter cette répression patronale et à vouloir la combattre. Une chose est sûre : le nombreux cheminots et cheminotes qui seront en grève ce jeudi 23 mai en soutien à leur collègue, avec tous ces soutiens qui se rendront nombreux le jour du Conseil de Discipline d’Éric, sont prêts à le faire savoir à la direction de la SNCF et au gouvernement Macron, s’il le faut ! #PlusJamaisAGenoux !




Mots-clés

#PlusJamaisAGenoux    /    Cheminot-e-s   /    Licenciement(s)   /    SNCF   /    Répression   /    Notre classe