^

Politique

#Mangeonslesriches

Des milliards pour la faim dans le monde ? La provocation méprisante d’Elon Musk sur Twitter

Le 31 octobre dernier, le monde a assisté à une joute sur Twitter et dans les médias entre Elon Musk, chantre du capitalisme à l’agonie que nous ne présentons plus, et Patrick Beasley, directeur du Programme alimentaire mondial (PAM), un programme de l’ONU. Au centre de leur débat, la faim dans le monde et une pseudo promesse de don du patron de SpaceX et TESLA, à hauteur de 6 milliards de dollars, soit 5,2 milliards d'euros.

jeudi 4 novembre

Crédits photo : PeterParks / AFP

L’affaire débute par une interview accordée à CNN dans laquelle Patrick Beasley déclare selon FranceInfo : « Ces milliardaires doivent se mobiliser maintenant. S’ils donnent six milliards de dollars, cela soulagera immédiatement 42 millions de personnes qui mourront littéralement de faim si nous ne les aidons pas ». Il ajoute : « Il ne s’agit pas d’éradiquer la faim dans le monde, il s’agit de régler cette famine hivernale-là (...). Je n’essaye pas d’embêter Elon Musk, je suis très heureux qu’il fasse fortune, mais d’un côté des milliardaires ont engrangé des sommes extraordinaires pendant la crise du Covid, et de l’autre des gens meurent, nous devons répondre à ça, s’il vous plait, aidez-nous ». Ce à quoi Elon Musk a donc répondu sur Twitter : « Si le PAM peut décrire sur ce fil Twitter exactement comment 6 milliards de dollars vont résoudre le problème de la faim dans le monde, je vais vendre des actions Tesla tout de suite et le faire » avant d’ajouter que cette description devait comporter la transparence des comptes du programme alimentaire mondial.

En réalité, ces déclarations sont tout simplement hypocrites et sont à la limite de la provocation et de l’indécence pour l’homme le plus riche du monde. Pour rappel, ce héros de la bourgeoisie mondiale, souvent présenté comme héraut de la conquête spatiale, a construit sa fortune sur l’exploitation de milliers de travailleurs. Et comme en témoignent de nombreux articles de presse, il ne fait pas bon travailler chez Elon. « Si vous n’avez pas de solution à un problème et que vous ne l’avez pas résolu en une semaine ou deux, vous partez. Donc il vaut mieux se taire », témoignaient ainsi d’anciens employés de Tesla auprès de Business Insider France.

Quelques milliards et un Buzz

Pour Elon Musk, dont la fortune s’élève à 315,2 milliards de dollars, les 5,2 milliards qui seraient suffisants pour sauver 42 millions de personne en Afrique ne représentent 14 jours de la progression de sa fortune, soit quelques pièces jaunes pour lui. Mais il est surtout assez cocasse qu’un membre de la caste de ceux qui exploitent des millions de travailleurs, sont épinglés dans les Panama Papers et hurlent contre les impôts et taxes contribueraient volontairement à la résolution de la faim dans le monde. Rien qu’en octobre dernier, Elon Musk critiquait par exemple la proposition de taxe qui pourrait lui coûter jusqu’à 50 milliards de dollars, expliquant qu’il préférait utiliser son argent pour amener la civilisation sur Mars : « Mon plan est d’utiliser l’argent pour amener l’humanité sur Mars et préserver la lumière de la conscience », a-t-il affirmé sur Twitter.

Et la faim dans tout ça ?

Le 29 juin dernier, le milliardaire annonçait selon JeuneAfrique « vouloir connecter la totalité du globe grâce à son offre d’accès à internet [...]. Mais ce service qui nécessite de débourser 499 dollars (environ 420 euros) pour l’équipement (une parabole, un trépied, un câble d’alimentation et un routeur), puis 99 dollars chaque mois pour la connexion, semble très éloigné du pouvoir d’achat des Africains. » Des ambitions donc bien éloignées de la réalité du quotidien de la population en Afrique, dont le but premier est bien de faire du profit. La pauvreté de ces pays producteurs de matières premières, permettant aussi aux fusées du brave Elon de décoller, est liée à la rapacité des impérialistes. Le coût réel de la production de ces matières premières est lié aux revenus des populations. Autrement dit, plus les populations sont pauvres, moins les matières premières sont chères. La faim a donc aussi ses avantages pour nos puissants. La réalité est bien que les profits des multinationales et de leurs actionnaires se font sur le dos des affamés, et que la faim est une des garanties que cela puisse continuer !

En réalité, Elon Musk n’a que faire de la pauvreté la faim dans le monde et fait bien partie de cette classe capitaliste qui a fait des profits records pendant la crise, et ce sur le dos de millions de travailleurs qui ont continué de travailler en première ligne du virus. Rien qu’en mai dernier par exemple, le patron de Tesla empochait une paie de pas moins de 775 milliards de dollars. Et c’est bien cette même classe capitaliste qui, en exploitant des millions de personnes en Afrique, est responsable de la faim dans le monde qui touche 690 millions de personnes et est en progression constante année après année, et ce, en détruisant au passage l’environnement. Des effets dévastateurs qui se recoupent puisque le climat déréglé est une cause importante de l’appauvrissement des sols et donc de leur productivité et que la faiblesse de production ne permet pas aux populations de se nourrir. Et des effets dévastateurs dont les gouvernements des pays impérialistes sont systématiquement coupables, à l’image de l’État français qui fait le jeu de Total en Ouganda, comme l’explique le dernier rapport en date de Survie..

Mais remercions Elon Musk et son acolyte Patrick Beasley pour avoir trouvé la solution à la faim et à la misère, car c’est bien dans leurs poches qu’elle réside. Faisons donc les poches des milliardaires !




Mots-clés

Crise économique   /    Afrique   /    Politique