^

Jeunesse

« Sois sage et ne mange pas »

Des milliers de lycéens privés de pause déjeuner à cause de la réforme Blanquer

Cette rentrée marque la mise en place de la réforme du « bac à la carte » par Blanquer. L’une des conséquences immédiates : de nombreux lycéens obligés de sauter le repas du midi par manque de temps.

jeudi 3 octobre

Selon la réforme du bac, les élèves de première doivent désormais choisir certaines matières pour obtenir des points en plus lors de l’épreuve du bac. Cependant, avec la disparition de certaines filières générales (S, ES, L) et l’absence de distinction entre les voies générales, technologiques et professionnelles le corps enseignant est face à un véritable casse-tête. L’une des conséquences de cette réforme, qui rend les conditions de travail et d’étude invivables, beaucoup d’élèves se voient rogner leurs pauses déjeuner, ne leur laissant que 20 ou 25 minutes pour manger.

D’après une consultation des parents d’élèves réalisée par la FCPE, à la section départementale à Paris, sur 500 réponses, 3% auraient un enfant qui doit manger en moins de 20 minutes et 10 % en moins de 45 minutes.

« L’obligation minimale pour manger, c’est une heure »

Certains proviseurs, ont essayé de trouver des solutions en préconisant une file où les élèves qui n’ont pas beaucoup de temps seraient prioritaires à la cantine mais dans certains établissements, au moins la moitié des lycéens sont concernés.

Les conséquences immédiates de ces nouveaux emplois du temps sont nombreuses et dramatiques pour les lycéens comme pour les enseignants. La mère de l’un deux témoigne auprès des journalistes du Parisien : « Mon fils passe 48 heures par semaine au lycée. Je le vois fatigué et le week-end, il tombe, à cause des plannings remplis de trous. »

Après la grève des surveillances pour l’épreuve du bac, le corps enseignant, les parents d’élèves, les lycéens, ont toutes les raisons de continuer à se mobiliser contre ces réformes et leurs conséquences désastreuses.

Crédits photo : Jeff PACHOUD / AFP




Mots-clés

Grève du bac   /    #PlusJamaisAGenoux    /    Jeunesse   /    Jean-Michel Blanquer   /    Lycées   /    Jeunesse