^

Politique

Casse de la santé

Des milliers de psychologues en grève manifestent contre la réforme de remboursement du gouvernement

A l’appel de plusieurs organisations et syndicats de psychologues, des milliers de psychologues sont sortis dans les rues dans plusieurs départements ce jeudi 10 juin. Ils dénoncent notamment les dernières attaques envers le secteur de la santé mentale, avec des réglementations qui précarisent les conditions de travail et mettent fin à l’autonomie des psychologues.

vendredi 11 juin

L’appel du 10 juin à une mobilisation nationale des psychologues a rassemblé des milliers de psychologues de différents secteurs en grève dans plusieurs départements devant les Agences Régionales de Santé et le Ministère de la Santé à Paris. En cause, le protocole de remboursement des séances psys annoncé par l’État qui marque la dégradation de leurs conditions de travail s’attaque à l’autonomie des psychologues et à la pluralité de leurs méthodes, et rend difficile l’accès au suivis psychologique des patients. Face à ses attaques, les psychologues revendiquent l’accès libre et sans prescription aux soins, le remboursement à un tarif digne par la Sécurité Sociale de toutes les consultations et la création massive de postes.

A l’heure actuelle, certains dispositifs de soins remboursés partiellement par la Sécurité Sociale, comme le « chèque psy » ou le « forfait 100 % psy enfants », sont en expérimentation dans quelques régions. Mais les consultations sont réalisées sur prescription d’un médecin, qui pourra choisir la durée de la thérapie, et ce à un tarif dérisoire de 22 euros. C’est ce que raconte Sophie, psychologue clinicienne, dans une interview accordée à Révolution Permanente lors de la mobilisation parisienne en face du ministère de la Santé : « La gratuité des soins psychologiques c’est une bonne chose, mais il faut bien payer les psys. Or, ce qui est proposé en termes de remboursement ce sont des tarifs qui ne nous permettent pas de vivre de notre travail tout simplement. ».

A Paris, ce sont des centaines de personnes qui se sont rassemblés devant le Ministère de la Santé pour faire entendre les révendications des psychologues.

Des étudiants de psychologie étaient également présents aux côtés des psychologues ce jeudi. Lucía, étudiante en psychologie à l’Université de Paris et militante au Poing Levé est venue témoigner : « Nous les étudiants, on voit des amis qui sont en dépression, qui se suicident ! C’est urgent d’exiger une santé publique ouverte à toutes et tous, et où on décide de nos propres conditions de travail ! ».

La colère des psychologues s’est également fait entendre dans plusieurs départements en France, où des centaines des psychologues se sont rassemblés devant les ARS.

Notamment à Lyon, où l’appel du 10 juin a rassemblé de nombreux manifestants.

Si le contexte de la crise sanitaire et économique a su mettre en lumière l’aspect endémique des troubles psychologiques avec la question de la santé mentale qui est revenue à l’ordre du jour, la mobilisation des psychologues démontre surtout le refus des travailleurs de la santé face à la casse de la santé publique. Dans ce sens, les psychologues mobilisés ne comptent pas s’arrêter là et appellent à la grève et à sortir dans les rues ce 15 juin pour une mobilisation de l’ensemble des travailleurs et des soignants du secteur de la santé.




Mots-clés

Psychologie   /    Santé   /    Manifestation   /    secteur santé   /    Grève   /    Politique