^

Notre classe

« Premiers de corvée »

Des préavis de grève déposés par des « héros » en première ligne, éboueurs et agents territoriaux

Alors qu’ils étaient salués pendant la période de confinement pour leurs efforts et les risques qu’ils ont pris au bénéfice du reste de la société, les petites mains invisibles des services territoriaux ou encore les éboueurs ont décidé de se battre pour que le jour d’après ne soit pas celui d’un retour à la misère et à la précarité. A l’instar des éboueurs de Dunkerque ou encore des agents territoriaux de Bordeaux, la bataille ne fait que commencer.

mardi 12 mai

 AFP / JACQUES DEMARTHON 

Alors qu’à Bordeaux, la collectivité locale prévoit d’octroyer une prime de 500 euros à ceux qui ont pris des risques quotidiennement depuis plus de deux mois, le syndicat Force Ouvrière a lancé un appel à l’opinion publique afin d’obtenir une prime de 1000€ minimum. Les agents territoriaux ont déposé un avis de grève à partir du 11 Mai pour exposer leur mécontentement suite à l’annonce d’une prime qui ne serait que de la moitié de celle annoncée par le premier ministre.

Le traitement médiatique d’exception qui leur a été accordé dans les médias locaux et nationaux n’aura pas duré longtemps, en effet lorsqu’il s’agit pour l’état – au service des capitalistes – de reconnaitre le caractère essentiel du travail réalisé par les « premiers de corvée » en leur assurant un salaire et des conditions de travail en accord avec leur importance, il n’y a plus personne …

Ainsi cet appel à l’aide lancé par FO vise à se saisir de ce sentiment de reconnaissance pour les risques pris et le service rendu pendant la période de confinement pour mettre la pression sur la métropole pour obtenir la prime maximum accordée par l’État. Une revendication pourtant modeste étant donné le caractère essentiel de leur travail qui a été révélé par la crise.

Et la même situation se répète dans de nombreux endroits comme à Dunkerque où, selon La Voix du Nord, les éboueurs viennent d’apprendre l’annonce de la réduction des effectifs et le passage à une seule tournée hebdomadaire.

Comme l’explique Nicolas Verhille, représentant syndical Force ouvrière, les agents « ont dû effectuer des doubles tournées dans des conditions très difficiles, en prenant des risques. Ils ont été considérés comme des héros et, aujourd’hui, ils ont le sentiment d’être lâchés… »

Là aussi, les petites mains invisibles du nettoyage ont décidé de ne pas se laisser faire et ont déposé un préavis de grève commun avec l’ensemble des organisations syndicales (FO, Sud, CGT, UNSA, CNT) afin de mettre en avant leurs revendications concernant des conditions de travail décentes !

Pour les héros d’hier dont le travail n’est pas moins vital aujourd’hui, il est hors de question de retourner à un quotidien fait de misère et de précarité. Afin de sortir de cette crise sans que les travailleurs et les classes populaires aient à payer la crise,https://www.revolutionpermanente.fr/12-mesures-d-urgence-pour-que-ce-ne-soit-pas-aux-travailleurs-de-payer-la-facture-de-la-crise à l’aune de la crise économique à venir et des incertitudes liées au virus !

Une première étape serait de mettre en place des conseils d’hygiène et de sécurité gérés par les travailleurs et ayant droit de décision sur l’ensemble des sujets qui les concernent eux et leurs familles !




Mots-clés

Crise sanitaire   /    Crise sociale   /    Éboueurs   /    #NosViesPasLeursProfits   /    Grève   /    Bordeaux   /    Notre classe