^

Politique

Précarité

Des précaires en formation voient leurs indemnités annulées à cause du covid-19

Pendant la crise du covid-19, les précaires font les frais de la politique de la région Ile-de-France. En effet, les personnes qui ont pu commencer une formation à distance après le début du confinement en Mars ne bénéficieront pas du maintient de leur rémunération.

jeudi 14 mai

Crédit photo : Facebook / Valérie Pécresse

Si la délicatesse devait avoir eu un lieu de villégiature en plein ex-confinement, cela ne serait probablement pas celui du siège de la région Île-de-France.
Valérie Précresse, prompte à se gargariser sur les médias officiels ou Twitter à propos des « actions de la région » en faveur des plus démunis d’entre nous, oublie, dans sa communication façon l’abbé Pierre hyper-active, de mettre en lumière ce qui semble être un haut fait dans cette lutte infatigable contre la pauvreté.

Rendons donc honneur à cette forçat de la main tendue, et évitons lui une crampe qui serait malvenue à l’heure où il faudrait tenir la barre d’un métro qu’elle ne prend pas !

Il y a quelques jours, nous avons appris que la région Île-de-France refusait purement et simplement toutes les demandes de rémunération de personnes en formation qui en avait fait la demande*.

Pour mesurer ce geste à sa juste valeur, expliquons que cette aide d’environ 650€ est demandée via un dossier transmis par l’organisme de formation à l’ASP lorsque les personnes qui en font la demande ne touchent plus de chômage pour cause de fin de droit ou ne touche que le RSA.

On voit là qu’il s’agit donc d’un public d’assistés avide de dévorer le bras de la main qu’on lui tend si gentiment. Cette décision met potentiellement en péril des femmes seules ou non, hommes seuls ou non, avec enfants ou non, jeune ou moins jeunes, mais en tout cas des personnes sans revenus ou bénéficiaires du RSA (dont on connaît la somme astronomique), et qui ont pourtant la volonté d’apprendre et de s’en sortir autrement qu’en traversant la rue ou en demandant l’aumône.

La région Île-de-France, cependant, n’est pas totalement restée muette sur cette grande avancée pour la cause. En effet, sur son site, on peut lire sur cette page pleine d’auto-congratulations qu’ « [elle] s’est engagée à ce que tous les stagiaires ayant débuté une formation au plus tard le 13 mars 2020 voient leur rémunération maintenue ».

Les plus malins et malines d’entre nous ferons remarquer qu’il n’y a pas de quoi s’étonner que des personnes ayant commencé une formation et continuant, autant que cela puisse être possible, ladite formation « normalement » voient leur rémunération maintenue. Mais, c’est vrai, il n’y a jamais trop d’occasion de se brosser le poil tout seul lorsque la distanciation physique est la norme.

D’autres perspicaces remarquerons que la notion de commencer après le 13 mars 2020 une formation prévue avant est un concept temporel inconnu de nos communicants. Et, vu ce qui est expliqué plus haut, on se demande bien pourquoi.

Pour parfaire le tout, cette décision a vraisemblablement été prise au début du mois d’Avril et annoncée seulement fin Avril, avec pour raison l’idée que les formations seraient reportées, et qu’il n’y aurait donc pas de formation et donc pas de formés. Une nouvelle invention de la smart région, qui met en place le ou la stagiaire de Schrödinger, coincé entre l’état « là » et « pas là ». Les organismes formation, quant à eux, semblent pourtant avoir ouvert la boite, les subsides qu’ils touchent de la région ne s’étant vraisemblablement pas évaporés avec cet acte inique.

Une nouvelle fois, la startup nation nous montre à quel point le care et la poverty peuvent être l’affaire de la smart région, dès lors que cela semble évoquer une marque de voiture plutôt que sa gestion des dossiers concernant les précaires. Et une nouvelle fois, ce sont ces dernières et derniers qui vont payer les pots cassés d’une crise économique, sociale et sanitaire faite pour durer.

* La rémunération de la personne n’est pas à confondre avec le financement de sa formation, elle aussi prise en charge par la région.




Mots-clés

Covid-19   /    confinement   /    Coronavirus   /    Valérie Pécresse   /    Paris   /    Précarité   /    Politique