^

Politique

Tout droit venu du Vénézuela

« Des sacs remplis de merde ont été jetés sur des policiers de la BAC », un « syndicat de police » s’indigne

Le « cacatov », « mélange de pipi et de caca macéré dans l'eau », est une bombe au caca venu du Venezuela est de plus en plus populaire chez les gilets jaunes. Depuis l’acte XV, les forces de polices dénoncent ces « armes ». C’est maintenant le « pipitov » qui fait son apparition.

jeudi 7 mars

Les syndicats de police dénoncent ces actes « dégoutants », « abjects » ou « humiliants », en cause des « bombes à caca ». Le principe est simple : un préservatif, un gant ou une bouteille est remplis d’excréments avant de le lancer sur les policiers. A Paris, Marseille ou encore Toulouse, ces projectiles ont touchés les CRS comme les policiers de la BAC.

L’effet est avant tout psychologique. Les policiers touchés par les excréments ressentiraient « de la haine et de la colère » des suites de l’humiliation d’avoir été touché par les projectiles. Les syndicats de police saluent ainsi le « flegme » et le « professionnalisme » des policiers touché qui ont ainsi évité des « bavures ».

Le leader du syndicat Alliance 13 témoigne dans le journal La Provence : "Ils en avaient dans les cheveux, sur les chaussures, ils ont dû jeter leurs fringues. Jamais, m’ont-ils dit, ils n’ont été aussi humiliés". Il continue : "Et comme c’était vraiment une après-midi de merde, les douches ne marchant pas au commissariat Nord, ils ont dû se nettoyer à l’eau glacée dans le garage."

Ces déclarations font un drôle d’écho aux images de repression où les policiers n’ont pas une attitude particulièrement flegmatique. De même, les images de mains arraché ou d’œils éclatés qui sont nombreuses depuis le début du mouvement des Gilets jaunes montrent bien que les forces de l’ordre n’ont pas besoin d’être « humilié » pour faire preuve de violence extrême

Appelant à une sévérité extrême pour punir les lanceurs de « cacatov » les syndicats de police invoquent le risque sanitaire que présente les bombes à caca. « Cette technique, c’est une nouveauté. On avait déjà eu des cocktails molotov à partir de l’acte 13, mais pas ça. Mais on avait bien vu qu’ils en parlaient sur les réseaux sociaux, a-t-il ajouté. Ça peut paraître idiot, ils croient que ça ne tache que les vêtements, mais non, c’est dangereux, c’est plein de bactéries, c’est dangereux si ça nous arrive dans les yeux ou si on l’absorbe…. C’est une idée idiote. C’est grave. » Il convient de remarquer que jusqu’à maintenant aucun policier n’a eu à se plaindre de ce type de complications.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique