^

Politique

Justice fiscale ?

Deuxième volet de l’affaire Balkany : procès pour corruption et blanchiment

Ce vendredi 18 septembre les époux Balkany étaient convoqués au Tribunal correctionnel de Paris pour le deuxième jugement concernant les accusations de corruption et blanchiment.

vendredi 18 octobre

Crédits photo : AFP : Benoit Tessier / Reuters

Où en était l’affaire ?

L’Affaire Balkany qui court depuis 2013 n’a pas fini de faire parler d’elle car un nouveau jugement a été rendu, cette fois-ci pour « corruption et blanchiment ». Le vendredi 13 septembre les deux époux avaient été jugés pour « fraude fiscale », celle-ci était estimée à 4 millions d’euros. Patrick Balkany avait été condamné à 4 ans de prison ferme et son épouse à 3 ans de ferme également ainsi que 10 ans d’inéligibilité chacun.

Patrick Balkany est donc en prison depuis un mois. Son épouse en revanche reste en liberté sous prétexte de « problèmes de santé ». La première décision de justice, à savoir 3 ans de ferme, est alors balayée d’un revers de main comme si de rien n’était. Il en est de même en ce qui concerne les 10 ans d’inéligibilité puisque Isabelle Balkany, qui était première adjointe de son époux, est dorénavant Maire de Levallois-Perret.

Deuxième volet : corruption et blanchiment

Ils étaient tous les deux convoqués au Tribunal correctionnel de Paris pour « corruption et blanchiment » des fonds publics de Levallois-Perret détournés et investis dans leur patrimoine, dont une villa à Marrakech : tout cela représenterait 13 millions d’euros selon les estimations. Ce qui nous paraît d’autant plus cynique quand on se rappelle que le 15 mai dans la salle d’audience, Balkany se défendait en affirmant « j’ai horreur de la corruption ».

Sur cette affaire le Parquet National Financier avait requis 7 ans de prison ferme et 10 ans d’inéligibilité pour Balkany. Ce qui l’amènerai à rester 11 ans en prison et à 20 ans d’inéligibilité en cumulant sa peine précédente. Or il serait tout d’abord plus juste de le condamner à la peine maximale, à savoir 10 ans de ferme et 500 000€ d’amende. De plus nous savons bien que Balkany, ce mafieux si l’on peut dire, échappera à sa peine par quelques manières que ce soit, tout comme son épouse est en train de le faire avec aisance. En ce qui la concerne il avait été demandé 4 ans de sursis et 500 000€ d’amende.

Traitements de faveur en Macronie

Balkany, bien qu’en prison, jouit encore de sa position pour faire ce que bon lui semble. Et il n’a que faire de son procès : il ne s’y est pas rendu. Son épouse quant à elle y était présente avec son fils, également impliqué dans l’affaire. Deux autres prévenus étaient aussi attendus : l’avocat et ex-directeur du cabinet de Patrick Balkany était présent mais pas le milliardaire saoudien, Mohamed Al Jaber qui avait offert ses services afin que le couple acquiert la villa à Marrakech.

Le jugement a été rendu et une fois de plus Balkany obtient un traitement de faveur car il est condamné à moins de ce qui était requis : 5 ans de ferme et 10 ans d’inéligibilité pour fraude fiscale. Son épouse écope de 4 ans de ferme et 10 ans d’inéligibilité, or la première peine ne sera pas appliquée car il n’y a pas de de mandat de dépôt, elle reste par conséquent en liberté. On doute également de la seconde dans la mesure où elle en ce moment même Maire de Levallois-Perret.

Leur avocat Arnaud Claude est condamné à trois ans d’emprisonnement, une amende de 50 000 euros et l’interdiction de pratiquer son métier, son ex-directeur de cabinet est quant à lui condamné à 3 ans de sursis et 10 000€ d’amende.

De surcroît ils ont été reconnus coupables, le fils et le reste des prévenus inclus, de « blanchiment aggravé » et de déclarations fiscales mensongères. Pourtant tous les prévenus ont été relaxés de l’accusation de corruption ! Ce ne sont pas seulement les époux Balkany qui sont corrompus, c’est en fait le monde politicien dans son ensemble qui l’est dans ses fondements même.

Notre justice, pas la leur !

Il a aussi été décidé que leurs biens immobiliers soient confisqués, à savoir leur Moulin à Giverny et la villa à Marrakech. Mais plus encore, car cela ne suffit pas au vu des sommes détournées, il serait juste de revendiquer l’expropriation de tous leurs biens sans exception. Nous ne croyons guère en la Justice française, qui est en réalité une Justice de classe et en cela, ce sera dans la rue, dans les manifestations, en Gilet Jaune ou syndiqué, jeune ou retraité, que l’on pourra s’imposer tous ensemble.

Ainsi il est tout d’abord évident que nous devons revendiquer l’application effective et immédiate de la peine d’Isabelle Balkany : qu’elle aille en prison et qu’elle soit inéligible. Mais encore qu’il y ait une rétribution de l’intégralité des sommes volées, que l’ISF soit restauré et même revalorisé à hauteur de 50%, tout cela en étant sous absolue transparence. Enfin, comme nous avons pu constater que ce système ne vit que sur la corruption et le mensonge, des instances démocratiques dans lesquelles les travailleurs et citoyens contrôlent eux-mêmes l’organisation de la vie publique à l’échelle des municipalités mais également régionale et nationale serait sans aucun doute une solution efficace !

Nous sommes, somme toute, toujours en attente de la décision d’appel du 13 septembre, ce qui empêche pour le moment de cumuler les peines du dernier jugement. Il doit aussi y avoir un examen de la demande de mise en liberté de Balkany. De plus les époux vont sûrement de nouveau faire appel. A suivre.




Mots-clés

Blanchiment   /    Balkans   /    corruption   /    Politique