^

Jeunesse

Encore de la répression

Lyon. 4000 personnes attaquées par les flics Place Guichard

Sensiblement moins de participants par rapport à la semaine dernière pour le même parcours, entre la Place Bellecour et la Place Quentin Guichard. Ce qui n’a pas varié, en revanche, c’est la stratégie des forces de répression : lourdement encadrer les manifestants et les provoquer. Rendez-vous a tout de même été pris pour le 31 mars

jeudi 24 mars 2016

Correspondant

4000 personnes ont défilé de la Place Bellecour jusqu’à la Place Quentin Guichard, cet après-midi, à Lyon. Aucun lycée aujourd’hui n’était bloqué et aucun départ collectif depuis Lyon 2 n’avait été acté, ce qui explique, pour partie, ce fléchissement dans la mobilisation, notamment au regard de la manifestation du 9 mars. C’est donc directement à Bellecour que le rendez-vous était donné où étaient néanmoins également présents les syndicats : CGT et Solidaires, notamment, avec une présence remarquée de Renault Trucks, des salariés des Finances Publiques ou encore des territoriaux de Lyon et Villeurbanne.

Après un départ peu après 13h30, alors que la présence policière semblait moins massive que les semaines passées, les CRS ont reçu le renfort de plusieurs détachements à mesure que la manifestation avançait d’autant plus rapidement qu’elle était encadrée de près. Avant même que les manifestants n’arrivent Place Guichard, à 15h, les policiers étaient déjà casqués. Le message ne pouvait être plus clair…

C’est donc très rapidement, soi-disant après avoir été provoqués, que les CRS ont chargé, une première fois, renouvelant la manœuvre alors que les manifestants étaient en AG. Cette dernière a tout de même réussi à acter le prochain rendez-vous dans le cadre de la grève interpro du 31 mars. Ce n’est en revanche qu’après 16h30 que les manifestants ont pu quitté les lieux, après avoir subi, dans les faits, une sorte de garde-à-vue collective à ciel ouvert à la suite des deux charges de police.

En fin de mobilisation, quatre manifestants au moins ont été interpelés. Une partie des manifestants se sont rendus, en fin d’après-midi, devant les locaux de France 3 Rhône-Alpes pour exiger qu’une délégation de jeunes puisse enfin donner sa version des faits face à cette multiplication de provocations et de violences policières devenant systématiques à Lyon.




Mots-clés

Loi El Khomri   /    Jeunesse