^

Politique

Répression industrielle à Paris, 130 lycéens interpellés. Libération immédiate et sans poursuite !

Correspondants Après la répression policière musclée infligée aux lycéens venus manifester ce midi à Paris, deux bus de CRS sont partis, direction commissariat, avec pas moins de 130 jeunes interpellés ! Pour « vérification d’identité » est-il dit. Jusqu’où ce gouvernement sera-t-il capable d’aller pour étouffer la contestation de la loi travail ? Nous exigeons la libération immédiate sans poursuite de tous les manifestants arrêtés et appelons l'ensemble des organisations syndicales et de jeunesse à faire de même.

mardi 5 avril 2016

Le cortège de 1 500 lycéens mobilisés s’est vu brutalement réprimer ce midi par les forces de police à Nation à l’occasion de cette nouvelle journée de mobilisation nationale. Alors que leur sort de la petite partie d’entre eux encerclée par les CRS était encore indécis vers 13h30, moins de 2h pour tard, il semble que ce soit le chiffre ahurissant de 130 lycéens, indiquent autant Le Figaro que Libération, qui auraient été interpellés et emmenés par bus direct au commissariat. Leur crime ? Avoir osé manifester contre la loi travail.

Le gouvernement cherche-t-il à battre son record des 300 et quelques interpellations de fin novembre à République ? Plus immédiatement, ce nouvel épisode répressif s’inscrit dans une continuité abjecte de ce que subissent les universités et les lycées en lutte depuis la mi-mars, comme en témoignent le tabassage d’un lycéen de 15 ans par trois policiers le 24 mars pour avoir bloqué son lycée et manifesté, et les coups de matraques et de gaz lacrymogènes distribués le 17 mars aux étudiants de Paris 1. Mais l’interpellation de plus de 100 jeunes constitue un véritable saut, le passage à une répression franchement industrielle de la part du gouvernement. Dans la continuité, le nombre de policiers, CRS ou membres de la BAC encadrant la manifestation parisienne qui se déroule en ce moment, semble plus démesuré que jamais…

Le gouvernement cherche à diviser, désagréger et à intimider la mobilisation. Mais il ne fera que renforcer la détermination des personnes mobilisées de battre en brèche ce gouvernement et sa politique antisociale. Les lycéens comme tous les interpellés doivent être immédiatement libérés sans poursuite.

L’ensemble des organisations syndicales et de jeunesse doivent également exiger et mettre tout en œuvre pour leur libération immédiate ! Dès la fin de la manifestation parisienne, rassemblons-nous toutes et tous devant le commissariat du 18ème au 32 rue de l’Evangile pour soutenir nos camarades !




Mots-clés

Répression   /    Politique