^

Politique

Partage des richesses !

Toujours plus d’argents pour les riches : 1400 milliards de dollars pour les actionnaires en 2021 !

D’après le dernier rapport du gestionnaire d’actifs américain Janus, les dividendes devraient atteindre un record en 2021 avec 1 4000 milliards de dollars versés aux actionnaires. Alors que le coût de la vie ne cesse d’augmenter pour des millions de travailleurs, les plus riches continuent d’être toujours plus riches, notamment grâce aux profits des compagnies minières et pétrolières, qui sont pourtant les premières à nous faire payer l’inflation.

mardi 16 novembre

Crédits photos : ERIC PIERMONT, AFP

Une fois de plus, il semblerait qu’une partie minime de la population sorte gagnante de la crise : c’est un nouveau record de dividendes qui devrait être franchi en 2021. Les dividendes mondiaux ont bondi de 19.5% en 2021 par rapport à ceux de 2020. C’est plus de 403.5 milliards de dollars qui ont été distribués par les entreprises au troisième trimestre, un record absolu ; alors qu’on sort de deux années de pandémie qui ont ralenti l’économie mondiale, et dans lesquelles le chômage et la pauvreté ont explosé. Ce nouveau rapport est donc un crachat de plus à la figure de tous les travailleurs qui, en continuant à travailler tout au long de la pandémie et des confinements, ont tenu la société à la sueur de leur front.

Aussi, cette explosion des dividendes est en partie due aux versements colossaux des sociétés minières à leurs actionnaires. Comme le montre un article du journal Libération à partir de l’étude de Janus Henderson, ces dernières ont vu leurs profits s’envoler grâce à la pénurie de matières premières au niveau mondial : « La flambée des prix des matières premières a généré des bénéfices records pour de nombreuses sociétés minières ». Le cours de l’or a par exemple atteint son plus haut niveau il y a quelques jours. Ces profits faramineux ont permis aux sociétés de ce secteur de verser un total de 54,1 milliards de dollars, soit 13.41% de tous les dividendes du troisième semestre.
Dans ces sociétés minières sont comprises également les compagnies pétrolières : Total a par exemple multiplié par 23 ses profits grâce à la flambée du prix des carburants ! Les actifs liés au charbon se sont eux aussi révélés très rentables ces derniers mois. A l’heure où le COP 26 se termine sur un nouvel échec, ces annonces de profits records dans des secteurs polluants illustrent, à nouveau, à quel point le capitalisme est incapable d’endiguer le réchauffement climatique.

De plus, alors que les classes populaires souffrent elles de l’inflation, notamment pour payer l’essence et le gaz, les entreprises de ces secteurs ont dans le même temps faits des profits records. Loin de démontrer la bonne santé de l’économie, ces profits sont, malheureusement pour les classes moyennes et populaires, en réalité payés par les consommateurs dans la vie quotidienne, aussi bien à la pompe qu’à la caisse du supermarché.

Malgré des factures toujours plus salées à la fin du mois et des entreprises qui se font toujours plus d’argent sur notre dos, les salaires eux, n’augmentent pas. Alors que les actionnaires se gavent, il faut exiger que les entreprises paient pour l’inflation, en augmentant les salaires.
Face à l’augmentation du coût de la vie et la stagnation des salaires, il est donc important de se battre comme l’ont fait les machinistes de Transdev et le font les agents de sûreté de l’aéroport de Roissy, en grève ce lundi. Nous étions d’ailleurs au côté de ces derniers avec Anasse Kazib, candidat à la présidentielle pour Révolution Permanente, qui revient ici sur la nécessité de se battre pour les salaires.




Mots-clés

Inflation   /    Bourse   /    Bernard Arnault   /    #NosViesPasLeursProfits   /    Politique