^

Monde

Donald Trump reconnaît sa défaite, les Démocrates demandent sa destitution

Le président sortant des États-Unis a publié une vidéo dans laquelle il reconnaît sa défaite électorale, après que plusieurs membres du parti démocrate ont demandé sa destitution.

vendredi 8 janvier

Dans une vidéo publiée jeudi sur son compte Twitter, le président américain sortant Donald Trump a d’abord reconnu sa défaite aux élections de novembre et a condamné l’attaque du Capitole, déclarant que les manifestants qui ont commis des crimes « paieront pour cela ».

« Le Congrès a certifié le résultat [de l’élection]. Une nouvelle administration sera mise en place le 20 janvier. Je vais maintenant me concentrer sur la garantie d’une transition du pouvoir en douceur, ordonnée et pacifique », a déclaré Donald Trump dans son discours.

« Ce moment appelle à la guérison et à la réconciliation », a déclaré Trump, qui, la veille a encouragé ses partisans et les groupes suprémacistes blancs à organiser des manifestations là où les résultats de l’élection sont inconnus, à marcher vers le Capitole et à tenter d’interférer avec le processus de ratification du résultat de l’élection.

Trump a délivré ce message après une campagne de près de deux mois au cours de laquelle il a affirmé à maintes reprises que l’élection avait été frauduleuse, sans présenter aucune preuve concrète.

Le président sortant a commencé sa vidéo en parlant d’une « attaque odieuse contre le Capitole américain » et s’est déclaré « outré par la violence, l’illégalité et le chaos ».

« Les manifestants qui ont infiltré le Capitole ont profané le siège de la démocratie. À ceux qui se sont livrés à des actes de violence et de destruction : vous ne représentez pas notre pays. Et à ceux qui ont enfreint la loi : vous allez payer pour cela », a-t-il déclaré dans son discours. Mercredi, alors que ses partisans prenaient d’assaut le Capitole, il leur a dit : « Nous vous aimons, rentrez chez vous. » Le même jour, Twitter a suspendu son compte pendant 12 heures.

« À tous mes merveilleux supporters : je sais que vous êtes déçus, mais je veux aussi que vous sachiez que notre incroyable voyage ne fait que commencer », a conclu Trump dans la vidéo de jeudi.

Trump a diffusé sa vidéo après la démission de plusieurs de ses conseillers à la Maison-Blanche, la démission de sa Secrétaire aux transports, Elaine Chao, et la demande des leaders démocrates du Congrès de le démettre de ses fonctions avant la fin de son mandat.

Les dirigeants démocrates ont demandé la destitution de Donald Trump avant la fin de son mandat, le 20 janvier, pour son rôle dans l’incitation des manifestants à prendre d’assaut le Capitole américain.

Le président élu a déclaré que l’insurrection de mercredi avait été menée par des « terroristes nationaux » et a accusé ceux-ci de déclencher une « attaque totale » contre les institutions démocratiques du pays.

Chuck Schumer, le sénateur élu après l’élection en Géorgie, où les démocrates ont remporté la majorité, et la présidente de la Chambre Nancy Pelosi ont demandé la destitution de Trump par le biais du 25e amendement à la constitution, qui permet à un président d’être remplacé par son vice-président.

Pelosi a décrit M. Trump comme « une personne très dangereuse qui ne devrait pas continuer à exercer ses fonctions ». Plusieurs membres démocrates du Congrès ont rédigé de nouveaux articles d’accusation pour avoir incité à la violence de mercredi et avoir délibéré sur la subversion de la démocratie américaine.

Entre-temps, le bureau du procureur de la ville de New York a demandé jeudi à la justice américaine d’enquêter sur la « culpabilité légale » du président sortant pour l’agression du Capitole par ses partisans.

La procureure générale de New-York Letitia James a déclaré que le président Trump, sa famille et ses associés ont promu les théories de conspiration qui ont provoqué ces actes de terreur et de sédition en exigeant que le ministère de la Justice ouvre une enquête sur cette tentative d’insurrection et ce « coup d’Etat manqué ».

Le procureur général des États-Unis par intérim, Jeffrey Rosen, a déclaré qu’il pourrait y avoir des enquêtes potentielles ou des accusations au niveau de l’État ou au niveau local, notant que les grâces du président « dans des circonstances de corruption pourrait le rendre vulnérable à des poursuites lorsqu’il quittera son poste le 20 janvier. »

James a demandé une enquête sur Trump, ses enfants Donald Jr, Ivanka et Eric, et la femme d’Eric, Lara, pour avoir « instigué » l’attaque du Capitole mercredi dernier, pour avoir violé la loi fédérale en encourageant « l’intrusion violente sur la propriété du gouvernement dans l’intention expresse de saper la certification d’une élection légale ».

Les événements de mercredi à Washington démontrent une instabilité croissante pour le projet impérialiste américain, tant au niveau national qu’international. Avec les images d’extrémistes de droite prenant d’assaut le Capitole, le monde a vu la « démocratie » aux États-Unis, et son hégémonie internationale en crise.

La prochaine administration se prépare à occuper la Maison Blanche en pleine crise sociale et économique, et avec la possibilité que le « retour à la normale » qu’ils ont promis aux électeurs soit une perspective bien lointaine.




Mots-clés

Elections 2020 aux Etats-Unis   /    Donald Trump   /    Etats-Unis   /    Monde