^

Notre classe

GREVE DE LA PREMIERE LIGNE

Eboueurs et égoutiers de Paris en lutte : après la répression, soyons à leurs côtés ce jeudi !

Applaudis pendant le premier confinement, mais réprimés mardi pour avoir défendu leur droit, les éboueurs et égoutiers de Paris manifesteront demain pour protester contre la réforme de transformation de la fonction publique.

mercredi 26 mai

Source photo : Révolution Permanente

Ce mardi 25 mai, 70 % du personnel de la filiale ouvrière de la DPE (Direction de la propreté et de l’eau) était en grève pour protester contre la réforme de transformation de la fonction publique qui viendrait détruire leurs acquis sociaux. Comme nous l’expliquions plus en détail dans un article paru hier, si cette réforme est appliquée, elle ferait passer le nombre d’heures annuelles des salariés de 1552h à 1607h, les privant ainsi de huit jours de congés par an.

Pour protester contre cette réforme et faire apparaître leur lutte sur le terrain médiatique, ce mardi, ils ont envahi l’hôtel de ville de Paris. Mais la seule réponse donnée par la mairie d’Hidalgo a été celle de la répression, envoyant la police virer les grévistes, et ce alors même qu’une semaine plus tôt, la maire de Paris appelait à participer à la manifestation pro-flics. Une réponse montrant de nouveau que la solidarité d’Anne Hidalgo ne va que dans un sens, et ne s’adresse pas à ceux qui nettoient quotidiennement les rues de Paris et qui se battent pour de meilleures conditions de travail, mais plutôt à ceux qui les répriment.

La CGT FTDNEEA (Filière Traitement des Déchets Eaux Egouts Assainissement) a donc appelé l’ensemble des salariés de la DPE a se mettre en grève pendant une heure ce mercredi, pour pouvoir discuter des futures actions à mettre en place. A ce titre, une manifestation est prévue demain à 9 heures, partant de la mairie du 13ème arrondissement de Paris, place d’Italie, pour rejoindre tous ensemble l’hôtel de ville.

Alors même qu’ils étaient applaudis et qualifiés de héros pendant le premier confinement, la seule réponse qu’ils obtiennent quand ils manifestent pour défendre leurs droits, c’est la répression policière. Hier, deux grévistes ont été blessés pendant la répression de l’occupation, et de nombreux autres ont été verbalisés. Face à la répression et à la dégradation de leurs conditions de travail, il est donc essentiel que nous soyons nombreuses et nombreux à la manifestation de demain, pour soutenir ces travailleurs de la première ligne.

Nous relayons le communiqué de la CGT FTDNEEA :




Mots-clés

Lutte des classes   /    Éboueurs   /    Anne Hidalgo   /    Manifestation   /    Grève   /    Paris   /    Notre classe