^

Monde

La garderie du MEDEF

Ecoles : le Japon les referme à nouveau, l’Italie prévoit leurs réouvertures en septembre

Face à une seconde vague de contamination, le Japon ferme ses écoles une semaine après les avoir rouvertes et l’Italie prévoit leur ouverture en septembre.

lundi 27 avril

VALérie Vrel /Maxppp

Après avoir partiellement rouvert ses écoles le 6 avril, le Japon a dû les fermer à nouveau suite à une seconde vague de contamination, le nombre de cas ayant doublé en 10 jours. Un rétropédalage qui témoigne des dangers d’un déconfinement hâtif. En Italie, le pays le plus touché d’Europe avec 27 000 cas, la réouverture des écoles est prévue pour septembre.

Pendant ce temps, le gouvernement français continue de vouloir déconfiner le 11 mai et rouvrir les écoles. Pourtant, la population n’a toujours pas bénéficié de distributions de masques et de gels hydroalcooliques, ni d’une campagne de tests massive. Alors que les soignants eux-mêmes manquent de matériel pour faire face à l’épidémie, les professeurs devraient assurer une réouverture des écoles !

Comme l’affirmait Emmanuel, professeur dans un lycée du XIe arrondissement de Paris dans un précédent article, “concentrer des jeunes au lycée c’est criminel, ça ne peut que faire repartir l’épidémie”. Les gestes barrières dans ces conditions-là étant impossibles à respecter, le confinement n’aura littéralement servi à rien si les écoles rouvrent et que des milliers d’élèves se repassent le virus entre eux. Selon Emmanuel, la reprise progressive n’a aucun sens, tout comme vouloir faire rattraper le temps perdu à des gamins qui auront peut-être perdu des proches.

Quant à la raison invoquée pour justifier cette réouverture, soit le fait que le confinement aggrave les inégalités, Emmanuel rappelle à quel point elle est hypocrite : ce gouvernement qui découvre aujourd’hui les inégalités est bien celui qui les a creusées depuis deux ans, et c’est bien Jean-Michel Blanquer qui poussait les professeurs à maintenir la continuité pédagogique ainsi que les examens. Sans compter le fait que le retour en classe serait sur la base du « volontariat », une nouvelle preuve que la priorité du gouvernement n’est en aucun cas « la continuité pédagogique » tant prônée. La vraie raison qui pousse le gouvernement à annoncer un déconfinement si tôt, c’est bien la volonté de renvoyer les parents au boulot pour maintenir les profits des entreprises. “Ce n’est pas l’éducation nationale, c’est la garderie nationale.”

Or, comme le montre l’exemple du Japon ou encore celui de la Chine, le déconfinement hâtif, la réouverture des usines non essentielles et l’absence de mesures pour endiguer l’épidémie nous font courir à la catastrophe. Exigeons des moyens pour notre santé, car nos vies passent avant leurs profits !




Mots-clés

11 mai   /    Education nationale    /    Ecoles   /    Jean-Michel Blanquer   /    Education   /    Monde