^

Politique

Climat

Écolos, Gilets jaunes, quartiers populaires, étudiants réunis pour une action de blocage demain

Après la convergence du 21 septembre et dans le contexte d’une aspiration forte à un « tous ensemble », plusieurs organisations et collectifs - de Extinction Rebellion au Comité Adama en passant par des groupes de Gilets jaunes franciliens, appellent à une action de blocage commune pour dénoncer un "système économique injuste et destructeur".

vendredi 4 octobre

Dans une tribune publiée aujourd’hui, les différentes organisations donnaient leur vision de l’action organisée demain :

« Le 5 octobre, nous occuperons un lieu emblématique du système pour le transformer en maison du peuple. A la suite des retrouvailles entre mouvements sociaux et écolos le 21 septembre, nous ferons entendre nos voix, riches car plurielles. Nous affirmerons notre détermination à changer de modèle sociétal et économique. Nous construirons les prémices d’un monde respectueux des êtres vivants, humains et non humains. »

Ainsi, par-delà l’événement en lui-même, la journée de demain s’annonce comme un point de ralliement pour différents secteurs qui s’opposent à la politique du gouvernement. Dans le cadre de l’occupation des assemblées devraient ainsi avoir lieu afin de permettre aux différents participants d’échanger sur la suite à donner à cette première action collective.

Dans un contexte d’explosivité des luttes et d’urgence écologique et sociale, et indépendamment de sa réussite, cette « Dernière occupation avant la fin du monde » apparaît ainsi comme un signal progressiste pour la suite, et comme l’expression de rapprochements entre des secteurs restés longtemps isolés sur leurs terrains respectifs.

Pour autant, si cette action est également le signe que l’aspiration au "tous ensemble" est réelle, ceux qui se mobilisent demain ne pourront faire l’économie d’une lutte contre les contre-réformes de Macron s’ils veulent participer à étendre la contestation face à un "système économique injuste".

Or sur ce terrain, alors que se prépare une des offensives les plus importantes du quinquennat, celle de la réforme des retraites, il n’existe encore aucun plan de bataille à la hauteur des enjeux. Tandis que les principales organisations du mouvement ouvrier continuent de négocier dans les salons de l’Elysée, de leur côté, aucune des organisations du mouvement écolo n’œuvre à la construction d’un grand mouvement d’ensemble, en appelant à se lancer dans la bataille contre les retraites et à lutter aux côtés des grévistes de la RATP et d’ailleurs.

Pourtant, la mobilisation de la RATP du 13 septembre a montré à petite échelle à quel point une grève illimitée de secteurs centraux de l’économie pourrait changer l’ensemble de la situation. Dès lors, tous ceux qui luttent à juste titre contre un système qui détruit la planète, exploite et opprime la population, mais aussi contre un gouvernement qui incarne aujourd’hui sa préservation, ne peuvent se désintéresser de cet enjeu central dans la période que nous traversons.

© AFP/Thomas SAMSON




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Économie   /    Ecologie   /    Politique