1979-2019

Edito. Révolution et contre-révolution au Nicaragua

Jean-Philippe Divès

Virgina De La Siega

Edito. Révolution et contre-révolution au Nicaragua

Jean-Philippe Divès

Virgina De La Siega

Les 18 et 19 juillet 2019 marqueront le 40ème anniversaire de la victoire de la révolution sandiniste, qui a renversé le dictateur pro-impérialiste honni, Anastasio Somoza, en chevauchant une immense insurrection populaire, largement spontanée.

Crédits. Photogramme tiré du documentaire de Jenny Murray, ¡Las Sandinistas !, 2018

Comme le commandant sandiniste Humberto Ortega l’a reconnu quelques années plus tard, « le mouvement des masses a dépassé la capacité de l’avant-garde à prendre les devants. Nous ne pouvions pas nous opposer à ce mouvement de masse, aller à contre-courant de ce torrent (…) l’avant-garde [c’est-à-dire le FSLN], consciente de ses limites, s’est placée à la tête d’une décision générale des masses. » [1].

Cet événement, qui a ébranlé toute l’Amérique centrale et latine, a aussi représenté un grand espoir pour des millions de progressistes et de militants de gauche dans le monde.

Aujourd’hui, le principal chef sandiniste de l’époque, Daniel Ortega, dirige le Nicaragua – avec sa vice-présidente et épouse, Rosario Murillo – d’une main de fer. Le couple Ortega-Murillo, en place depuis 2007, conserve les rênes du pays après avoir réprimé dans le sang, entre avril et juillet 2018, la révolte de la jeunesse et d’une partie de la population. Le principal facteur déclencheur de ce soulèvement a été une contre-réforme gouvernementale du système des retraites, exigée par le FMI avec lequel Ortega-Murillo entretenaient les meilleures relations.

Dès lors les questions se posent, incontournables : qu’est-il arrivé à la révolution sandiniste ? Qu’est-ce qu’a accompli le Front sandiniste de libération nationale (FSLN), en quoi a-t-il échoué et pourquoi ? Qu’était et qu’est cette organisation, qui s’est emparée du pouvoir en 1979, l’a perdu en 1990 puis l’a reconquis et l’exerce toujours depuis 2007 ?

Pour nous, marxistes-révolutionnaires, elles sont d’autant plus importantes que la révolution nicaraguayenne a profondément et durablement divisé le mouvement trotskyste international. Entre ceux qui, après le 19 juillet 1979, ont apporté leur soutien politique au FSLN, le présentant y compris comme la direction révolutionnaire la plus achevée depuis le Parti bolchevique de Lénine et Trotsky ; et ceux qui, tout en se tenant aux côtés des sandinistes face à l’agression de l’impérialisme US et des bandes armées de la « Contra », signalaient que ses méthodes et sa politique menaient à la défaite, et qu’une alternative révolutionnaire, socialiste et internationaliste devait par conséquent être construite.

Ce dossier entend, tout en rappelant les événements de l’époque, apporter des éléments de réponse. Il ne prétend pas à une quelconque « neutralité ». Nous n’avons pas cru et continuons à ne pas croire au modèle sandiniste de 1979 et des années suivantes. Bien plus, l’idée sera développée qu’il n’y a pas eu une seule – bourgeoise et impérialiste – mais plusieurs formes de contre-révolution, et que par ses choix politiques la direction sandiniste y a largement contribué.

Ses conceptions nationalistes petite-bourgeoises et staliniennes, son opposition frontale à tout ce qui pouvait ou aurait pu exprimer la démocratie, l’autodétermination et l’auto-organisation des travailleurs et des classes populaires, ne pouvaient en aucun cas mener à une issue émancipatrice. Dans le meilleur des cas pour les dirigeants sandinistes, ils auraient pu installer à leur profit un nouvel Etat oppressif sur le modèle de l’URSS, des pays de l’Est, de la Chine, du Vietnam ou du pays qui les inspirait plus particulièrement, Cuba.

Mais le Nicaragua est une très petite nation, disposant de beaucoup moins de ressources y compris que son voisin, Cuba. Sans extension aux autres pays d’Amérique centrale, la révolution était condamnée. Or, les accords signés par la direction sandiniste à la fin des années 1980 ont précisément abandonné toute perspective de révolution centre-américaine.

La situation internationale était par ailleurs en train de changer profondément : les révolutions au Nicaragua et en Iran ont en fait constitué le dernier épisode de la vague révolutionnaire des années 1960-70 ; l’URSS était entrée dans une crise qui la forçait à réduire ses ambitions et dont on a constaté un peu plus tard qu’elle était terminale ; tout les pays dits communistes – avec en tête la Chine sous la direction de Deng Xiaoping – commençaient à connaître, à des degrés divers, des processus engageant ou préparant une restauration capitaliste.

Ces questions ne sont pas qu’historiques. Le « monde communiste » a certes disparu, mais le problème de notre attitude vis-à-vis des directions bureaucratiques du mouvement ouvrier et de masse, qui resurgissent désormais dans des conditions nouvelles, reste entier. Plus récemment, nous avons eu Refondation communiste en Italie, le chavisme au Venezuela, Podemos dans l’Etat espagnol, plus généralement une grande majorité des formations de la gauche dite radicale.

Comme au Nicaragua, la nature même de notre projet est concernée : s’agit-il bien de la révolution socialiste internationale ? La démocratie ouvrière y a-t-elle une place centrale et incontournable, conditionnant son aboutissement ? A quoi s’ajoutent les caractéristiques du parti que nous voulons construire, et qui sont par définition directement liées à ses objectifs.

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
NOTES DE BAS DE PAGE

[1H. Ortega cité dans Marta HARNECKER, Pueblo en Armas, la Estrategia de la victoria, Managua, Editorial Nueva Nicaragua, 1985, p.15
MOTS-CLÉS

[Stalinisme]   /   [URSS]   /   [FSLN]   /   [Daniel Ortega]   /   [Nicaragua]   /   [Impérialisme]   /   [Cuba]   /   [Théorie marxiste]   /   [Etats-Unis]   /   [Débats]

COMMENTAIRES