^

Jeunesse

Chômage de masse, précarité extrême, impossibilité de payer les loyers...

Édouard Philippe se contente de promettre 200 euros pour certains jeunes

Ce lundi, Édouard Philippe a annoncé une aide de 200 euros pour les jeunes “précaires ou modestes”. Une aide qui paraît bien modeste en comparaison avec la précarité qui touche aujourd’hui les jeunes.

mardi 5 mai

Édouard Philippe a annoncé ce lundi une aide de 200 euros pour les jeunes “précaires ou modestes”. Une annonce qui, pour beaucoup de jeunes, apparaît comme insultante. En effet, la somme de 200 euros paraît bien insuffisante pour pallier la précarité qui touche aujourd’hui les jeunes. Avec ces 200 euros, que vont bien pouvoir faire ces jeunes précaires ? S’acheter des masques ou à manger ?

Pendant ce temps, le gouvernement annonce des milliards d’euros pour les entreprises. Ce sont pourtant ces mêmes entreprises qui ont licencié des étudiants du jour au lendemain, faisant qu’aujourd’hui, nombre d’entre eux ne savent pas comment ils vont payer leur loyer, voire même comment ils vont manger le lendemain. Ainsi, à l’université Paris 8, ce sont plus de mille étudiants qui ont demandé une aide alimentaire en moins d’une semaine.

Plus encore, ce n’est pas avec des promesses que Macron va calmer la colère parmi la population, et encore moins avec des promesses non tenues. Alors qu’il avait promis une prime de 1000 euros pour tous les travailleurs qui retourneraient au boulot, il semblerait qu’il n’a pas tenu parole puisqu’à Toulouse, des étudiants salariés n’ont pas reçu cette prime et s’organisent aujourd’hui pour exiger son versement.

Alors que la crise sanitaire aggrave la précarité qui touchait déjà un nombre important de jeunes, il paraît plus qu’urgent d’exiger l’interdiction des licenciements, la réembauche de tous ceux qui ont été licenciés en CDI, la réquisition des logements vides ainsi qu’un revenu à hauteur du SMIC pour tous les jeunes en temps de crise. Ce n’est pas aux jeunes de payer la crise !




Mots-clés

Crise économique   /    Coronavirus   /    Jeunesse   /    Édouard Philippe   /    Jeunesse