^

Jeunesse

Coup de gueule

Éducation prioritaire : « Déconfinement le 11 mai et… aucun matériel sanitaire ! »

Coup de gueule d’une travailleuse dans l’éducation prioritaire à Toulouse. Pour elle, les annonces liées au déconfinement le 11 mai sont une aberration sanitaire et vont aggraver les inégalités.

jeudi 30 avril

En tant qu’association dans l’éducation, on bosse avec les établissements et là on commence à les avoir tous au téléphone pour organiser « la suite ». Et les établissements ont des consignes pour cette suite : 15 élèves par classe en collège, sur une moyenne de 32 (donc plus de la moitié des élèves à la maison, mais on ne sait pas qui, quoi, comment ou qu’est-ce). Ils sont juste obligés de mettre 15 élèves par classe donc merci l’égalité ! Bref, déconfinement le 11 mai et… aucun matériel sanitaire !

En plus d’être une aberration sanitaire, ce que personne ne semble contredire, c’est incroyable, c’est insensé :

1. Les profs ne sont pas préparés. Qu’est-ce qu’on va faire à ces 15 gamins ?

2. Ils ne pourront pas accueillir PLUS de 15 gamins. Donc ça veut dire qu’il va y avoir un tri. Sur quelle base ? Comment on va choisir qui vient, qui ne vient pas ?

3. Que vont faire les gamins qui ne viennent pas ? (Le chef d’établissement disait qu’on leur avait demandé de faire des cours en ligne mais comment ? La plupart des établissements de Toulouse ne sont pas DU TOUT équipés pour ça.)

4. Pas de protection, mais ça à la limite c’est presque vu et revu (j’adore l’ironie).

5. On oublie totalement (et comme toujours, je dirais…) les établissements accueillant des élèves en décrochage, en réorientation, en orientation fragile, bref des élèves de Bac Pro, de 3ᵉ en REP, REP+, les Segpa, les 3ᵉ Prépa métier, etc. Ces gamins-là avaient des stages et/ou des expériences à valider pour la suite. Il n’y a aucune mesure pour ces gamins. Aucune. Tout ce qu’on sait c’est que leur stage est annulé (celui qu’ils devaient garder pendant les 3 ans d’études…). Et déjà que c’est des gamins qui ne voulaient pas aller en Bac pro pour la plupart, qui sont déjà des décrocheurs en puissance avec des complexités sociales qu’on n’imagine pas, on les laisse se démerder. Bienvenue dans le monde merveilleux de la formation professionnelle.