^

Drame en Haute Garonne

Effondrement d’un pont au Nord de Toulouse. Bilan provisoire : 1 mort et 6 blessés

Ce 18 novembre, aux alentours de 8h, un pont s'est effondré à Mirepoix-sur-Tarn au nord-est de Toulouse. Le drame serait dû au passage d'un poids lourd, au tonnage supérieur à la limite autorisée.

lundi 18 novembre

A l’heure ou nous écrivons ces lignes, le bilan est encore provisoire et il pourrait s’alourdir dans les prochains jours. Une adolescente de 15 ans a trouvé la mort dans l’effondrement d’un pont au nord-est de Toulouse, ce 18 novembre. 6 autres personnes ont été blessés et plusieurs personnes sont encore recherchées, selon les informations de la Dépêche du Midi (DDM) recueillis auprès d’un des secouristes sur place.

L’origine du drame serait de toute vraisemblances liée au passage d’un poids lourd au tonnage supérieur à la limite autorisée, ce matin aux alentours de 8h. « J’étais dans ma salle de bains, vers 8 heures, ce lundi matin, et j’ai entendu un énorme bruit sourd. J’étais inquiet, au départ avec ma femme, nous avons pensé qu’un accident avait eu lieu juste à côté de chez nous. Nous sommes sortis et il ne se passait rien. Au moment où je suis arrivé au niveau du pont, on m’a demandé de faire demi-tour immédiatement. C’était la panique. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai vu que tout s’était effondré. Je n’en reviens pas. Je cours tous les dimanches matin sur ce pont, hier encore j’y étais. J’ai dû y passer plus de 1000 fois » a ainsi expliqué un habitant à la DDM.

Au moins deux véhicules, selon les témoins, sont tombés dans la rivière. Le pont, construit au milieu des années 30, avait été rénové en 2003 et la dernière vérification date de 2017. Au delà de la question de la limite autorisée, c’est bien le fait de l’entretien et de la dangerosité du pont en lui même qui est au cœur de ce fait dramatique. D’autant plus que, rien qu’en Haute-Garonne, deux autres ponts similaires sont actuellement ouvert, et qu’un troisième doit être inauguré la semaine prochaine. Plus largement, il faut rappeler que selon un rapport sénatorial de juillet dernier, ce sont 10% des 250 000 pont français qui sont "en mauvais état structurel", ce qui représente un risque non négligeable de nouveaux effondrements.




Mots-clés

Catastrophe industrielle   /    Toulouse