^

Monde

Hong Kong

Elections à Hong Kong : une claque pour Pékin, mais la mobilisation continue !

Les électeurs de Hong Kong se sont déplacés en masse ce dimanche pour voter largement en faveur des pro-démocratie, infligeant une importante défaite à Pékin. Des élections qui comportent toutefois d'importantes limites concernant la suite du mouvement qui secoue Hong Kong depuis des mois.

lundi 25 novembre

Crédit photo : AP Photo/ Vincent Yu

Les électeurs de Hong Kong étaient appelés aux urnes ce dimanche pour élire leurs représentants de districts. Un scrutin qui a abouti à une large défaite pour l’exécutif pro-Pékin, dirigé par Carrie Lam. Car les électeurs se sont déplacés en masse pour un taux de participation supérieur à 71% quand il était toujours inférieur à 50% historiquement. Et le camp des pro-démocratie (ou anti-Pékin) l’ont largement emporté, avec près de 86% des sièges.

Une participation record qui illustre la volonté de défaire par tous les moyens les autorités chinoises, alors que la presqu’île connaît depuis le mois de juin une contestation sans précédent contre la tutelle chinoise.

Si les manifestants se sont largement mobilisés pour des élections qui généralement n’attirent pas foule, les illusions ne sont pas de mises pour certains manifestants. « Ça donne plus d’espoir, mais ça ne veut pas dire que notre avenir sera meilleur, parce que le gouvernement chinois a le pouvoir de contrôler Hong Kong », a déclaré l’un d’entre eux au micro de RTL.

En effet, le ministre des Affaires étrangères chinois, Wang Li, s’est d’ailleurs empressé d’affirmer que ce résultat ne changerait rien en affirmant que Hong Kong "fait partie de la Chine" et que "toute tentative visant à semer la pagaille à Hong Kong ou à entamer sa prospérité et sa stabilité est vouée à l’échec". A la tête de l’exécutif pro-Pékin, Carrie Lam a quant à elle indiqué dans un communiqué "écouter humblement" les électeurs.

C’est ce que souligne Willy Lam, analyste de la politique de Hong Kong dans des propos relayés par l’AFP. "C’est un profond rejet de l’administration (de Hong Kong) et de la politique de Pékin envers Hong Kong", a-t-il affirmé avant d’assurer qu’aucune concession ne serait faite par le gouvernement chinois, soulignant l’impasse représentée par ces élections. "Les manifestants considéreront cette incroyable victoire comme un mandat accordé par le peuple, donc ils se battront encore plus fort. Mais en même temps, il n’y aura aucune concession de la part de Pékin, donc la frustration va croître."

Dans les faits, ce scrutin n’ouvre pas de perspective de victoire pour la mobilisation des Hongkongais mais pose la nécessité de continuer la mobilisation sur le terrain de la lutte et d’une stratégie permettant d’en finir réellement avec la tutelle de Pékin, pour le droit à l’auto-détermination de la population, contre la précarité et le chômage de masse qui touche notamment une jeunesse dont la radicalité impressionnante s’exprime dans la rue et occupent depuis plusieurs jours l’université polytechnique malgré les menaces de répression.




Mots-clés

Hong Kong   /    Monde